L'auteur de la tuerie d'Aurora condamné à la prison à vie

le
0

(Détails) par Keith Coffman CENTENNIAL, Colorado, 8 août (Reuters) - James Holmes, l'auteur de la tuerie qui a fait 12 morts dans un cinéma d'Aurora (Colorado) en juillet 2012, a échappé à la peine de mort vendredi, écopant de la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération anticipée. Le président du tribunal de district du comté d'Arapahoe, Carlos Samour, a déclaré que les neuf femmes et trois hommes composant le jury n'avaient pas pu se mettre d'accord sur sa condamnation à la peine capitale, et ce pour chacun des chefs d'accusation. James Holmes, âgé de 27 ans, a été reconnu coupable en juillet de l'ensemble des 165 chefs d'accusation pesant contre lui, dont ceux de meurtres et tentatives de meurtres, pour l'attaque d'une salle d'un multiplexe d'Aurora, dans la banlieue de Denver. Après avoir lancé une grenade lacrymogène dans la salle, il avait ouvert le feu sur les spectateurs présents à l'aide d'un fusil d'assaut, tuant 12 personnes et en blessant 70 autres, lors de la première de "The Dark Knight Rises", film de la trilogie Batman. Dans son réquisitoire jeudi, l'accusation a déclaré que James Holmes avait pour objectif de tuer les quelque 400 personnes présentes. Un magasin de munitions qu'il avait acheté pour augmenter sa puissance de feu s'est bloqué pendant la fusillade. L'ancien étudiant en neurosciences n'a affiché aucune réaction à l'énoncé du verdict, qui met fin à 60 jours de procès. Il a continué à regarder droit devant lui. Au cours de sa plaidoirie, son avocate Tamara Brady a plaidé la fragilité mentale de son client, demandant aux jurés s'ils souhaitaient vivre toute leur vie avec la responsabilité de condamner à mort une personne psychologiquement perturbée. Les jurés ont rejeté l'argument de la démence et refusé d'accorder à Holmes les circonstances atténuantes, mais Tamara Brady a souligné que tous les médecins convoqués à la barre étaient d'accord pour dire que le jeune homme était gravement malade mentalement. Selon la défense, il souffre de schizophrénie et son comportement "distrait" est provoqué par les médicaments antipsychotiques qui soignent sa maladie, sans la guérir. (Pierre Sérisier et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant