L'Australie écarte la Suède pour renouveler ses sous-marins

le
0

SYDNEY, 20 février (Reuters) - L'Australie a écarté vendredi l'option suédoise pour le renouvellement de sa flotte de sous-marins, réduisant la liste des partenaires potentiels au groupe français DCNS, à l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems TKAG.DE et aux japonais Mitsubishi Heavy Industries 7011.T et Kawasaki Heavy Industries 7012.T . Le suédois Saab SAABb.ST était en lice pour ce contrat désormais estimé à 50 milliards de dollars australiens (34 milliards d'euros) mais le Premier ministre australien Tony Abbott a justifié sa mise à l'écart par son manque d'expérience. "Le dernier sous-marin australien est sorti d'usine vers 2001. Si je comprends bien, le dernier sous-marin suédois a été fabriqué vers 1996, donc cela fait près de vingt ans", a déclaré le dirigeant conservateur. "Nous travaillons avec les trois pays qui ont une expérience ininterrompue et pertinente en la matière", a-t-il dit. Selon des sources au fait du dossier, le gouvernement de Canberra envisage sérieusement d'acheter une version du sous-marin japonais de nouvelle génération Soryu, construit par Mitsubishi Heavy Industries et Kawasaki Heavy Industries, pour remplacer sa flotte de submersibles de la classe Collins. ID:nL6N0TM0X8 En décembre dernier, le gouvernement australien a exclu l'organisation d'un appel d'offres public pour ce contrat, ce qui semblait ouvrir une voie royale pour le Japon, mais Tony Abbott a promis la semaine dernière une certaine transparence sur le dossier lors d'un débat interne au Parti libéral au pouvoir. Selon des sources japonaises, il serait peu probable que le Japon participe à un appel d'offres public pour des questions politiques. Un tel contrat marquerait pour le Japon son retour sur le marché mondial de l'armement, un an après la levée par le Premier ministre Shinzo Abe de l'interdiction des exportations d'armes par l'archipel. Avant son accession au pouvoir en 2013, le Premier ministre australien avait promis la construction d'une douzaine de sous-marins par le groupe public australien ASC, mais il a ensuite fait marche arrière, soulignant que le coût et le calendrier de livraison étaient des éléments primordiaux dans le choix de son gouvernement. (Matt Siegel; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant