L'aura des high techs se ternit

le
0
LES HIGH TECHS VOIENT LEUR AURA SE TERNIR
LES HIGH TECHS VOIENT LEUR AURA SE TERNIR

par Jim Finkle

(Reuters) - Les grandes sociétés technologiques risquent de ne pas faire office de placement refuge en Bourse cette année comme l'espéraient de nombreux investisseurs face au ralentissement économique mondial.

Les opérateurs de marché vont devoir se préparer à ce que les grands noms du secteur aux Etats-Unis, de Microsoft à IBM en passant par Intel, déçoivent leurs attentes lors des publications des résultats du deuxième trimestre attendues la semaine prochaine.

Les actions des trois grands groupes technologiques s'affichent d'ores et déjà dans le rouge en juillet, dans le sillage des avertissements sur résultats lancés par leurs concurrents plus petits tels qu'Advanced Micro Devices, Applied Materials et Informatica.

Habituellement les budgets de l'informatique résistent mieux à un contexte économique dégradé que d'autres catégories de dépenses, ce type d'investissement passant pour améliorer la productivité et assurer des économies sur le long terme.

Mais les investisseurs ont peut-être mal jugé la profondeur de la crise en Europe, ainsi que le ralentissement de l'économie chinoise et des autres pays émergents.

Résultat, les attentes de Wall Street pour le secteur technologique apparaissent désormais trop optimistes selon certains analystes, pour qui les avertissements sur résultats lancés cette semaine pourraient signaler un ralentissement général des commandes.

"Je pense que ni les entreprises ni le marché n'ont anticipé le genre de ralentissement que l'on va connaître au second semestre", a estimé Fred Hickey, rédacteur de la lettre d'information High-Tech Strategy. "Les entreprises n'ont pas encore eu l'opportunité d'ajuster leurs prévisions de résultats et elles vont le faire; ça vient".

AILLEURS AUSSI, PEU D'ESPOIR

La morosité ambiante dans le secteur technologique ne se limite pas aux Etats-Unis.

Samsung Electronics, première high tech asiatique en terme de résultats, table sur un bénéfice record de 5,9 milliards de dollars entre avril et juin. Mais cela n'empêche pas son titre de décrocher en Bourse depuis mai sur des craintes de ralentissement de la demande de puces électroniques et de téléviseurs.

Depuis la mi-juin, les analystes ont également abaissé de plus de 25% leurs prévisions de bénéfices pour LG Electronics, selon Thomson Reuters Starmine SmartEstimates.

Le titre du chinois Lenovo, le deuxième fabricant mondial de PC derrière Hewlett Packard, est tombé à des plus bas de cinq mois, les courtiers ayant abaissé leurs objectifs.

Au Japon, Sony et Panasonic tutoient des plus bas de plus de 30 ans en Bourse, les investisseurs doutant de leur capacité à restaurer leur rentabilité sur fond de ralentissement économique et de concurrence acharnée avec leurs homologues coréens et taïwanais.

En Europe, à la Bourse de Paris, STMicroelectronics a chuté de 7,2% depuis le début du mois et Cap Gemini de 6% alors que le CAC 40 a reculé dans le même temps de seulement 1%.

L'EXCEPTION APPLE

Seule éclaircie dans ce sombre tableau, Apple , l'une des rares high techs à voir son action progresser en Bourse en juillet (+4%).

Le fabricant de l'iPhone et de l'iPad a dépassé les attentes des analystes sur sept des huit derniers trimestres d'au moins 12%. Pour les trois premiers mois de l'année, le groupe a publié un résultat net supérieur de 22,5% aux estimations de Wall Street.

Selon Starmine StarEstimates, Apple devrait encore publier un résultat supérieur de 1% aux attentes des analystes. Pour comparaison, le résultat de Microsoft est attendu 0,7% sous le consensus.

En mettant Apple de côté, les experts s'attendent à ce que le ralentissement économique affecte de façon générale les groupes technologiques au second semestre.

Une enquête du cabinet IDC réalisée il y a deux semaines auprès des responsables de l'informatique de 250 entreprises américaines montre que ces derniers s'attendaient en moyenne à ce que leur budget recule pour la première fois depuis début 2009.

Les prévisions actuelles des analystes pour les entreprises du S&P500 tablent sur une progression des bénéfices de 5,8% au deuxième trimestre et de 7,9% pour les entreprises technologiques, selon des données Thomson Reuters.

Les prévisions sont encore plus optimistes pour le second semestre. Les analystes prédisent une croissance de 12,9% des profits des entreprises technologiques au sein du S&P 500 pour le troisième trimestre et de 14,9% pour le quatrième trimestre.

C'est sur cette seconde période de l'année que les révisions à la baisse des prévisions de résultats sont les plus attendues.

Selon les analystes, les sociétés technologiques qui pourraient être les plus touchées par ces ajustements sont IBM, Intel, Microsoft et VMware.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant