L'augmentation de capital d'Areva se complique

le
0
Il paraît de plus en difficile pour le groupe nucléaire de boucler son augmentation de capital avant la fin de l'année.

Jusque-là, officiellement, rien n'a changé. Au sommet de l'État, comme chez Areva, l'échéance de la fin de l'année pour l'augmentation de capital du groupe leader mondial du nucléaire reste d'actualité. Cette échéance a été fixée par les pouvoirs publics juste avant l'été, après la publication du rapport Roussely consacrée à l'optimisation de la filière nucléaire française. Il s'agit d'une opération d'envergure, le groupe public souhaite lever 2,5 à 3 milliards d'euros contre 15 % du capital, ce qui valorise l'entreprise à plus de 16 milliards d'euros après augmentation de capital.

Les trois acteurs susceptibles de participer au tour de table sont toujours les mêmes, depuis dix-huit mois : le conglomérat industriel japonais Mitsubishi, d'une part, les fonds souverains du Qatar et du Koweït, d'autre part. En juillet, l'Élysée a également demandé à EDF d'étudier le scénario d'une entrée au capital d'Areva.

Voilà pour le schéma théo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant