L'audiovisuel public réduit son budget

le
0
L'État a demandé aux entreprises publiques un effort budgétaire de 20 millions d'euros lors de la loi de finances 2012. France Télévisions et l'INA sont les plus mis à contribution.

L'audiovisuel public est légaliste. Aucune de ses entreprises n'a renâclé à l'effort budgétaire exigé par l'État lors du vote de la loi de finances 2012. France Télévisions, Radio France, Arte, L'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) et l'INA consentiront chacun un effort. Il ne dépassera pas les 20 millions d'euros sur un total de 3,88 milliards d'euros.

Fort de ses 2,57 milliards d'euros de dotations publiques, qui comprennent à la fois une redevance et un complément budgétaire, France Télévisions contribuera à cet effort à hauteur d'une quinzaine de millions d'euros, soit le montant le plus important. Techniquement, la télévision publique voit sa dotation budgétaire passer de 443 à 423 millions d'euros. Soit une baisse de 20 millions. Mais, dans le même temps, le groupe recevra 5 millions supplémentaires du compte de la redevance. Cette somme a été prélevée sur les autres entreprises publiques. «Il était normal que dans le cas d'une solidarité

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant