L'Audiovisuel extérieur de la France sévèrement jugé

le
0
La Cour des comptes estime que l'État comme l'entreprise sont responsables de la situation de l'AEF, organisme «coûteux et mal gouverné».

C'est le très mauvais élève de la classe de l'audiovisuel public. L'Audiovisuel extérieur de la France (France 24, Monte Carlo Doualyia et RFI) est épinglé sans concession par la Cour des comptes qui constate qu'aucune de ses recommandations passées n'«a été réellement mise en œuvre». Parmi les griefs, non seulement la gouvernance mais aussi «l'absence d'une tutelle claire», «une évolution chaotique», «une dérive financière massive» faite de «plans d'affaires irréalistes» et de «surcoûts» en tous genres, d'«aides exceptionnelles de l'État» trop importantes, et de délais coûteux dans les décisions.

Autant dire que le diagnostic est sans appel et met en cause la responsabilité propre de l'entreprise comme celle de l'État.

Ainsi, «la question de l'instance ministérielle responsable n'a toujours pas été tranchée...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant