L'attrait de la 3D marque le pas dans les cinémas européens

le
0
L'attrait de la 3D marque le pas dans les cinémas européens
L'attrait de la 3D marque le pas dans les cinémas européens

STRASBOURG (Reuters) - Les recettes des cinémas de l'Union européenne n'ont que légèrement progressé en 2011 après deux années de forte hausse dues à l'attrait des films en trois dimensions et à la hausse du prix moyen du ticket qui en était résulté, indique lundi une étude de l'Observatoire européenne de l'audiovisuel.

Leur chiffre d'affaires atteint le niveau record de 6,4 milliards d'euros, ce qui ne représente toutefois qu'une progression de 0,7%, sur fond de très légère baisse de la fréquentation (-0,1%). La hausse avait été de 12% en 2009 et de 5% en 2010.

"Bien que le nombre de sorties 3D ainsi que de salles 3D ait fortement augmenté en 2011, le format semble être arrivé à maturité sur certains marchés", note l'Observatoire européen de l'audiovisuel.

Cet organisme placé sous l'égide du Conseil de l'Europe cite la Grande-Bretagne où "malgré l'augmentation du nombre de sorties 3D (47 en 2011 contre 28 en 2010), la part de la 3D dans les recettes brutes des salles a chuté de 24 % à 20 %".

Autre conséquence du phénomène, les films européens qui avaient cédé du terrain face aux "blockbusters" américains en trois dimensions voient leur part de marché remonter à 28,5%, leur niveau de 2008, après être tombé à 25,2% en 2010.

La suprématie des films produits ou coproduits par les Etats-Unis sur les vingt premières places du marché, en termes de fréquentation, n'est cependant troublée que par deux oeuvres françaises : Intouchable (7e place) et Rien à déclarer, une production franco-belge (18e).

Gilbert Reilhac, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant