L'attitude de la police en question après la bousculade de Shanghai

le
0

par Fayen Wong et Ben Blanchard SHANGHAI/PEKIN, 2 janvier (Reuters) - Certains médias officiels chinois et l'opinion publique ont reproché vendredi aux autorités et à la police de ne pas avoir pris des mesures suffisantes pour empêcher la bousculade qui a endeuillé Shanghai lors du réveillon du Nouvel an. Trente-six personnes sont mortes lors de ce drame, square Chen Yi sur le Bund, le large boulevard qui longe le fleuve Huangpu. L'agence Chine nouvelle se demande vendredi pourquoi il y avait si peu de policiers en service pour canaliser les dizaines de milliers de personnes qui affluaient en fin de soirée, mercredi, sur le Bund pour le passage à 2015. "Il s'agit d'un manque de vigilance de la part du gouvernement, d'un manque d'attention", écrit l'agence. Chine nouvelle relève que la bousculade meurtrière s'est produite non loin d'une nouvelle zone de libre échange dont les médias ont fait grand cas ces derniers temps et parlé comme de la "fierté du pays". "Ce drame survenu dans le centre financier de la Chine, Shanghai, rappelle que la deuxième économie au monde est toujours un pays en développement, dont la gestion sociale demeure fragile", écrit l'agence de presse dans un commentaire en anglais. Des Shanghaiens ont fait chorus à ces plaintes. "Il n'y avait pas assez de policiers, l'organisation n'était pas à la hauteur. Il est vraiment triste de voir une bousculade se produire dans une grande ville comme Shanghai", estimait un habitant de 38 ans, Tang Lifeng. LIEU DE FÊTE LORS DES REVEILLONS "En l'espace d'une nuit, la Chine est devenue comme l'Inde, Shanghai a ressemblé à Bombay", écrivait un utilisateur de Weibo, le "Twitter chinois". "Je pensais que des bousculades comme ça ne pouvaient arriver qu'à des Indiens lors de pèlerinages", écrivait un autre utilisateur de Weibo, Chang Daolin, gérant d'une entreprise chinoise. Le lieu de la bousculade restait bouclé vendredi, et des proches des victimes sont venus se recueillir avec des cierges. La majeure partie des victimes avaient entre 20 et 30 ans. Un Taiwanais figure parmi les morts, a déclaré la municipalité de Shanghai. Sur les 47 blessés, 13 demeurent dans un état critique. Fleuron de l'ancienne concession internationale, le Bund est devenu ces dernières années un lieu de rassemblement pour le passage à la nouvelle année, depuis que les autorités ont organisé à cet endroit des spectacles laser en 3D et des feux d'artifice. Le 31 décembre 2013, les célébrations avaient attiré plus de 300.000 personnes. La police se borne pour l'heure à dire qu'une enquête a été ouverte sur le drame du réveillon. Jeudi, la presse étrangère n'a pas été autorisée à assister à un point de presse de la police, soulignant la volonté des autorités de préserver l'image de la ville. (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant