L'attitude de l'UMP pointée du doigt sur le "mariage pour tous"

le
9
LA MAJORITÉ FUSTIGE L'ATTITUDE DE L'UMP SUR LE "MARIAGE POUR TOUS"
LA MAJORITÉ FUSTIGE L'ATTITUDE DE L'UMP SUR LE "MARIAGE POUR TOUS"

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a mis en garde samedi l'UMP contre toute radicalisation après les propos tenus par certains élus de l'opposition qui ont qualifié de "coup d'Etat" la décision du gouvernement d'avancer l'examen en deuxième lecture du texte sur le "mariage pour tous" à l'Assemblée nationale.

Le projet de loi qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples homosexuels a été adopté vendredi au Sénat et sera réexaminé au Palais Bourbon dès mercredi prochain et non fin mai comme initialement prévu.

La décision du gouvernement de soumettre les articles restant en discussion "dans les plus brefs délais" a provoqué la colère des opposants au "mariage pour tous" dont plusieurs milliers sont descendus vendredi soir dans les rues du quartier latin, à Paris.

Le président de l'UMP Jean-François Copé a dénoncé "la volonté délibérée du gouvernement de passer en force au Parlement", tandis que le député UMP Hervé Mariton a évoqué un "coup d'Etat". Le député UMP Philippe Gosselin a pour sa part mis en garde contre "une guerre civile".

"Au moment où le Sénat vient de se prononcer en faveur de la réforme du mariage pour tous, on entend des propos qui sont particulièrement préoccupants", a dit le Premier ministre à son arrivée au Conseil national du PS qui se tient à Paris samedi.

"Je souhaite vraiment du fond du coeur que les responsables de l'UMP qui ont bien le droit de s'opposer à la politique du gouvernement, ne se laissent pas entraîner comme ils ont tendance à le faire dans la voie de la radicalisation qui serait dangereuse pour la République."

HARLEM DÉSIR DENONCE UNE DÉRIVE RADICALE

Quelque 2.300 personnes selon la police, 7.500 selon les organisateurs, ont participé à une manifestation d'opposants au mariage pour tous, vendredi soir, dans le quartier Latin à Paris.

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène dans la soirée pour disperser certains manifestants. Selon la préfecture de police de Paris, 30 personnes ont été interpellées pour vérification d'identité et une a été placée en garde à vue pour "violences volontaires" entre manifestants.

La porte-parole du collectif "La manif pour tous" Frigide Barjot a dénoncé un "déni de démocratie" et a affirmé que le passage de cette loi "violente" provoquerait de la violence.

"Ces groupes fanatisés, ces groupes fascisants doivent être fermement condamnés", a réagi le patron du PS, Harlem Désir, en marge du Conseil national du PS.

"Je dénonce le silence assourdissant de l'UMP de M. Copé, et la complicité et les termes inacceptables avec lesquels s'est exprimé M. Jacob qui a de fait semblé justifier de tels comportements", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué publié vendredi, le chef de file des députés UMP à l'Assemblée nationale Christian Jacob prévient que "le président de la République prend le risque d'une confrontation violente avec les Français" en bouleversant le calendrier parlementaire.

"J'appelle aujourd'hui la droite, l'opposition à montrer qu'elle a le sens des responsabilités républicaines et à se démarquer de la dérive radicale, extrémiste, violente, fascisante qui n'est pas digne du débat que nous devons avoir", a déclaré Harlem Désir.

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem fait état de son côté d'une "violence plus que larvée qui s'exprime de la part d'une minorité d'extrémistes qui profitent de ce débat sur le mariage pour tous pour venir remettre en cause les institutions, la République, les élus."

Invitée sur i>TELE, la sénatrice UDI Chantal Jouanno, qui a appelé à voter pour le texte de loi, a estimé qu'une ligne avait été franchie après les propos tenus vendredi.

"Tous ces appels à la violence, en parlant de guerre civile, 'il y aura du sang...' Quand on lit sur les réseaux sociaux ce qui se dit, c'est épouvantable", a-t-elle dit.

"Le gouvernement a tout fait pour en arriver là c'est une évidence. Pour autant, est-ce qu'il faut tomber dans le panneau, est-ce qu'il faut pour des raisons politiques mettre de l'huile sur le feu ? Je ne le crois pas".

Marine Pennetier, édité par Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • T20 le samedi 13 avr 2013 à 17:26

    IL Y A BIEN DES TRAITRES A L'UMP QUI ONT SOUTENU CE PROJET! LE RASSEMBLEMENT BLEU MARINE FERA TOMBER LES MASQUES!

  • jean-648 le samedi 13 avr 2013 à 17:00

    Et les socialistes Merrde aux imbéciles.

  • M3435004 le samedi 13 avr 2013 à 16:54

    Le peuple dit M E R D E aux socialistes !

  • M898407 le samedi 13 avr 2013 à 16:25

    Quand on n'a pas déjà pas d'autorité chez soi, on ne peut pas prétendre en avoir chez les autres, c'est tout...

  • .jpeg le samedi 13 avr 2013 à 16:09

    Qu'ils prennent garde à ce que la montée du fascisme qu'ils cautionnent par leurs actes ne deviennent pas une réalité amère. Ils porteraient là une lourde responsabilité en n'écoutant pas plus la rue. Un gouvernement ne peut pas être autiste sans conséquences.

  • fbordach le samedi 13 avr 2013 à 14:42

    Enfumage! pointez plutôt du doigt le chômage, la délinquance, la baisse de compétitivité, l'exil de nos jeunes et de nos entrepreneurs, le millefeuille administratif, les retraites, la baisse de niveau de l'éducation nationale, le cumul des mandats...

  • cavalair le samedi 13 avr 2013 à 14:36

    Si s'opposer a ce coup d'etat socialiste c'est etre un fas.ciste selon Harlem Desir alors nous sommes tous fiers d'etre fascistes

  • jbellet le samedi 13 avr 2013 à 14:30

    n'inversons pas les rôles ayrault c'est ton gouvernement qui refuse d’écouter la rue et qui change les règles.. il falloir assumer un jour vos errements et vos erreurs

  • M362321 le samedi 13 avr 2013 à 14:01

    L'attitude des journalistes également pointé du doigt dans ce domaine comme bien d'autres ...