"L'attaque de Nice va créer de nouvelles vocations"

le
1
Un homme marche près des débris au lendemain de l'attaque de Nice qui a tué au moins 84 personnes.
Un homme marche près des débris au lendemain de l'attaque de Nice qui a tué au moins 84 personnes.

Amélie Boukhobza est psychologue clinicienne installée à Nice. Elle travaille pour l'association Entr'Autres, qui gère la « déradicalisation » organisée par l'État. Le Point.fr : L'attentat a eu lieu à Nice. Cela ne vous étonne-t-il pas ?

Amélie Boukhobza : Absolument pas. La région compte énormément de cas de radicalisation suivis par la cellule préfectorale. Nous faisons aussi partie des départements qui fournissent le plus grand nombre de départs en Syrie, sans compter ceux qui ne sont pas repérés. Pendant un an, nous nous sommes concentrés sur les cas que l'on considérait comme prioritairement dangereux, ceux des jeunes passés par la Syrie. On voit bien aujourd'hui que cette donnée n'est plus un indicateur pertinent. Pour Orlando comme pour Nice, les auteurs n'ont, semble-t-il, jamais mis un pied là-bas.

Merah partage l?affiche dans le coeur des jeunes radicaux avec la génération des terroristes du Bataclan

Cette attaque terroriste risque-t-elle de créer de nouvelles vocations ?

Assurément. On assiste en ce moment à une très inquiétante poussée de l'idéologie radicale, qu'elle soit politique ou religieuse. Je le mesure chaque jour dans les maisons de quartier et auprès des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7166371 il y a 5 mois

    il suffit de sortir dans la rue et de voir les tenues portées tant par les hommes que les femmes pour s'en convaincre , il y a en France une radicalisation croissante, c'est particulièrement inquiétant.