« L'attaquant parfait n'existe pas »

le
0

Berlin (Allemagne) De notre correspondant MALGRÉ son impressionnant CV, Robert Lewandowski a conservé sa simplicité et son humilité. A vingt-sept ans, l'attaquant polonais se réjouit à l'idée de défier, demain, une Allemagne qui n'a aucun secret pour le buteur du Bayern Munich. La perspective d'affronter de nombreux partenaires du Bayern vous séduit ou vous dérange ? ROBERT LEWANDOWSKI. Quand j'ai pris connaissance du tirage au sort, j'ai éclaté de rire. Encore la Mannschaft ! Cette affiche devient une habitude. Nous nous connaissons par coeur. Mais nous aurons notre chance. Ce n'est pas un hasard si nous avons battu les Allemands en éliminatoires (2-0 à domicile). J'espère que nous passerons tous les deux cette première phase. Votre duel avec Jérôme Boateng peut-il se révéler l'une des clés du match ? Je n'ignore rien de lui et la réciproque est vraie. C'est un défenseur extraordinaire, mais j'espère bien le surprendre. J'ai ma petite idée (rires). Une élimination au premier tour constituerait-elle une déception ? Je n'y pense pas, mais tout peut arriver. Regardez l'Espagne. Victorieuse du Mondial en 2010, elle avait été éliminée au Brésil au bout de deux rencontres. Nous voulons aller le plus loin possible. Le plus important pour gagner, ce n'est pas le nom de l'adversaire, mais l'état de forme et la manière de jouer. Quels sont vos favoris ? L'Allemagne principalement, mais je vois aussi l'Espagne aller très loin. Des nations comme la France et l'Angleterre sont pétries de talent. La question est de savoir si elles n'ont pas un effectif trop jeune. Comment jugez-vous les Bleus ? Il s'agit d'une équipe en pleine mutation avec beaucoup de jeunes très doués comme Griezmann et Pogba. La France a toujours eu de fortes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant