L'Atlético réussit sa première

le
0
L'Atlético réussit sa première
L'Atlético réussit sa première

Convaincants à défaut d'être brillants, les joueurs de l'Atlético ont assuré le strict minimum face à Las Palmas (1-0). Une victoire qui doit beaucoup au talent d'Antoine Griezmann. Toujours est-il que les Colchoneros semblent être repartis pour casser les pieds aux deux gros du championnat.

Atlético Madrid 1-0 Las Palmas

But : Griezmann (16e) pour l'Atlético

"Olé, olé olé olé, Cholo, Cholo " Les quelques 50 000 socios présents au Vicente-Calderón ne s'y trompent pas. Au moment de célébrer la victoire des Colchoneros face au promu Las Palmas, leurs pensées et leurs chants vont à l'unisson pour "El Cholo" Simeone, vêtu de son habituelle chemise noire toujours aussi bien cintrée. Car cela est devenu commun depuis plusieurs saisons maintenant : il faudra compter sur sa bande de morts de faim pour le titre de Liga. Porté par un Antoine Griezmann étincelant et un Filipe Luiz retrouvé, l'Atlético peut désormais suivre sereinement les résultats du Barça et du Real, ses grands rivaux pour le titre.

Un Torres peut en cacher un autre


C'est avec une sacrée gueule sur le papier et beaucoup d'impact que les Colchoneros entament les premières minutes de leur saison en Liga version 2015-2016. Jeu court, transversales, dédoublements, les hommes de Simeone étalent leur palette technique en ce début de partie. Le tout, dicté par un Oliver Torres fraichement rapatrié de son fructueux prêt à Porto. Paradoxalement, c'est sur coup de pied arrêté que les locaux débloquent la situation. Aux vingt mètres, Antoine Griezmann frappe le cuir, qui ricoche sur le mur avant de terminer son improbable vol dans les buts de Las Palmas, bien aidé par un gardien aux mains flasques. C'est moche, mais Grizou s'en fiche et le Calderón exulte. Déjà.

Dés lors, les joueurs des îles Canaries peinent encore plus à se montrer. Quant aux incursions dans la surface d'Oblak, il s'agit presque d'une mission impossible pour eux. Il faut dire que la paire axiale 100% uruguayenne (Godin-Gimenez) ne laisse aucun espace dans son dos. En phase de gestion plus qu'autre chose, l'Atlético attend la mi-temps au rythme des chants émanants des tribunes, toujours en faisant courir les visiteurs derrière le ballon. Malgré une ultime tentative de l'attaquant tricolore, le score n'évoluera pas et l'arbitre envoie les 22 joueurs aux vestiaires. Place à la causerie et au cooling break.

Las Palmas se tape une grosse barre


Si les Jaunes de Las Palmas s'affairent à presser plus haut et à se montrer davantage tranchants dans leurs interventions dés la reprise, le rythme imposé par les Madrilènes…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant