L'Atlético, nouveau dauphin barcelonais

le
0
L'Atlético, nouveau dauphin barcelonais
L'Atlético, nouveau dauphin barcelonais

Le Real Madrid humilié par le Barça, les Colchoneros en ont profité pour grimper sur la deuxième place du podium. Bien vu, quand toutes les équipes de haut du tableau se sont vautrées.

L'équipe du week-end : Atlético de Madrid


Loin des fastes et des succès fleuves du FC Barcelone, son nouveau dauphin poursuit son bonhomme de chemin. En déplacement dominical au Benito-Villamarin, l'Atlético de Madrid a glané un nouveau succès qui lui permet de doubler son voisin de Chamartin. Ce succès, acquis dès le début de la rencontre par l'intermédiaire de Koke, renvoie ainsi les Colchoneros à quatre points du leader blaugrana. Un écart loin d'être définitif, d'autant plus que la bande du Cholo Simeone semble en pleine progression. "Le plus important est de continuer à grandir, prône l'entraîneur madrilène. J'espère que nous allons pouvoir conserver le niveau d'aujourd'hui, car il a été très élevé." Car plus que ce simple pion d'écart, l'Atlético aurait pu et dû mettre les Beticos au supplice. Le manque de précision de Fernando Torres et de Yannick Ferreira Carrasco en a décidé autrement, tout comme la réussite fuyant Antoine Griezmann. Pour son match d'après, le Français a touché les montants et s'est montré peu en verve. Pas de quoi inquiéter Diego Simeone, pour qui "l'effort et l'adaptation à son nouveau poste nous rendent très contents".

Le Don Quichotte du week-end : Andrés Iniesta


Le cercle, restreint, compte désormais un nouveau membre. Tout comme Cruyff, Maradona et Ronaldinho en leur temps, Iniesta, remplacé à un quart d'heure du terme, a reçu une ovation nourrie du temple madridista. "Je comprends les applaudissements, entame Luis Enrique dès son arrivée en salle de presse. Iniesta fait partie du patrimoine de l'humanité, pas seulement des Culés. Nous avons l'opportunité de profiter d'un joueur unique." Unique, et décisif, car pour son premier Clásico avec le brassard autour du biceps, le Manchego a fait du milieu madrilène sa chose. En chiffres, sa partition se résume en quatre dribbles réussis en autant de tentatives, 96% de passes arrivées à destination, sept récupérations et, surtout, une passe décisive et un but. Une certaine idée du stakhanovisme de luxe qui lui a valu les honneurs du Santiago Bernabéu et, plus…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant