L'Atlético, la cour des grands à quel prix ?

le
0
L'Atlético, la cour des grands à quel prix ?
L'Atlético, la cour des grands à quel prix ?

Alors que leur implantation dans le gratin espagnol et européen ne fait plus aucun doute, les Colchoneros s'attèlent désormais à tenir la dragée haute au Barça et autres Real sur le terrain financier. Une émancipation entre Asie, Amérique et nord de la France qui n'est pas sans risque.

"Papa, pourquoi sommes-nous de l'Atlético ?" Cette question, en suspens depuis le lancement de la plus fameuse campagne d'abonnement des Colchoneros, entrevoit le début d'une réponse en la personne de Diego Simeone. Débarqué sous la guérite du Vicente-Calderón au cœur de l'hiver 2011, le Cholo rend au peuple rojiblanco une fierté oubliée et ramène des titres à la pelle. Autant dire qu'en l'espace de ces saisons, l'Argentin s'est imposé comme l'étendard d'un fanion en pleine résurrection. Pour ne pas retomber dans une instabilité chronique et presque historique, la direction des Matelassiers s'attèle donc à tenir la dragée haute aux deux mastodontes espagnols, aka le FC Barcelone et le Real Madrid. Une volonté quasi-pieuse, tant la dette, même en baisse, reste abyssale et gangrène les finances des locataires du bord du Manzanares. Pour ce, la direction emmenée par Enrique Cerezo tente de diversifier ses rentrées d'argent grâce à une politique d'expansion internationale, quitte à s'immiscer dans des combines financières pas des plus saines. La dernière en date : ouvrir une voie de financement à Wall Street.

L'Empire du Milieu s'invite à l'Atlético

Entre Pekin, Calcutta et Lens


Bien avant cette entrée à la bourse new-yorkaise, l'Atlético de Madrid préfère regarder vers l'autre géant économique et financier du globe. Autrement dit, vers la Chine et son soudain intérêt pour le ballon rond. Ainsi, en avril de l'an dernier, le Dalian Wanda Group s'offre 20 % de l'Atlético de Madrid. Une rentrée d'argent à 45 millions d'euros qui augmente le capital d'un club aujourd'hui estimé à quelque 225 millions d'euros. Par la même, l'arrivée du multi-milliardaire Wang Jianlin permet à l'Atlético de s'ouvrir au juteux marché chinois. Une aubaine, tant les millions y coulent à flot - cf. le dernier mercato hivernal et la vente de Jackson Martínez - et les retombées économiques y sont intéressantes - tournée estivale, vente de maillots… Dans le même temps, les Colchoneros promettent de former quelques joueurs et autres éducateurs chinois. "Mon espérance est que les jeunes Chinois puissent jouer des matchs des championnats européens…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant