L'Atlético et le Celta se séparent bons amis

le
0
L'Atlético et le Celta se séparent bons amis
L'Atlético et le Celta se séparent bons amis

Dix jours après la victoire en championnat, l'Atlético obtient un nul sur le terrain du Cela Vigo dans un match intense mais vierge de but. La qualification se jouera dans une semaine au Vicente-Calderón.

Atlético Madrid 0-0 Celta Vigo


90e minute. Le match est serré, intense. On sent que le résultat peut basculer d'un côté comme de l'autre, mais le score est toujours vierge. Long centre dans la surface de l'Atlético à destination de Pedro Hernandez. La tête du Chilien est contrée par une main madrilène. Tout les joueurs du Celta se ruent vers l'arbitre, qui ne siffle pas. Au contraire, lui aussi se met à hurler sur les réclamants en répétant : "Nada ! Nada !". Pourtant, Monsieur Estrada Fernandez se trompe. Thomas Teye bloque bel et bien ce ballon de la main. Il y avait bien penalty pour Vigo. C'était la dernière chance pour les bleus et blancs de terminer ce match sur autre chose qu'un 0-0, score qui n'arrange pas grand monde sur un quart de finale aller de Coupe du Roi. Le partie a été rude, tendu et les deux équipes auront eu leur chance mais l'Atlético a manqué de précision dans le dernier geste. Et puis il faut bien avouer que la défense des Colchoneros est vraiment infranchissable. Ce deuxième volet de la trilogie Celta Vigo - Atlético Madrid se solde donc par un score nul et vierge. Pour la Celtiña, c'est déjà mieux que le premier acte perdu (0-2), mais il faudra se montrer plus dangereux encore dans sept jours au Vicente-Calderón pour ne pas être le grand perdant de cette triple confrontation et pour ne pas regretter ce penalty oublié.

Œil pour œil, dent pour dent


Ce deuxième Celta Vigo - Atlético débute sur un bien plus gros rythme que le premier acte. Il ne faut que deux minutes à Gabi pour envoyer une première cartouche, et deux autres pour que le jeune Ruben Blanco soit déjà mis à contribution sur un centre dangereux de Filipe Luís. Mais le Celta ne compte pas se laisser faire et riposte par l'intermédiaire de son meilleur buteur, Iago Aspas, qui va chauffer les gants de Moyá pour la première fois du match. L'ex Red ne cesse de remuer sur le front de l'attaque, et sa relation avec Guidetti et Orellana est plus qu'intéressante. Peu à peu, les Colchoneros reculent face aux attaques répétées du trio magique Celtico, mais Diego Godín est impériale derrière et ne laisse rien passer. Il dégage, court, tacle, gène…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant