L'Atlético écarte la Grenade offensive

le
0
L'Atlético écarte la Grenade offensive
L'Atlético écarte la Grenade offensive

Face à des Andalous inférieurs mais qui ont tenté leur chance, l'Atletico s'est imposé devant son public avec sérieux et combativité. En attendant le match du Barça, l'Atlético rejoint les Catalans en tête de la Liga.

Atletico de Madrid 3-0 Grenade

Buts : Koke (15e), Torres (59e) et Correa (83e) pour l'Atlético de Madrid

Il y a deux ans, en 2014, l'Atlético livrait un duel sans merci au FC Barcelone dans la conquête du titre. Un duel qu'il avait remporté dans la plus grande des douleurs, lors de la dernière journée de Liga face à son concurrent direct. Avant de soulever le trophée, les Colchoneros avaient également éliminé le Barça en quart de Ligue des champions. Ce scénario, les hommes de Simeone se sont mis dans la tête de le rééditer cette saison. Ils l'ont encore montré ce dimanche, en battant largement Grenade, mais plus difficilement que le score ne peut le laisser penser. Après avoir écarté Messi et compagnie sur la scène européenne, la bande de Griezmann a arraché les trois points pour espérer doubler les Blaugrana dans la dernière ligne droite. Toujours avec la même méthode : des tripes, du sang et du savoir-faire. Résultat : Madrid est aujourd'hui revenu à hauteur du leader en attendant le match de ce dernier. À l'autre bout du classement, Grenade est loin d'être sauvé. Même s'il n'a pas démérité, encaissant bien les coups.

La droite douloureuse de Koke, la gifle esquivée de Rochina


Pour rejoindre le Barça en tête du championnat, Simeone ne change pas beaucoup ses hommes. Pas besoin de faire souffler des robots qui répondent toujours présents lorsqu'ils entendent la voix du Cholo ou celles des supporters de Calderon. Sans surprise, les Rojiblancos ont bien plus le ballon qu'en C1, contre les Catalans. Bien organisé en défense, tranchant en attaque, l'Atlético n'attend pas beaucoup avant d'ouvrir la marque. Par Koke, qui ne loupe pas sa deuxième opportunité. Sobre et efficace. Avec, comme d'habitude, un Torres brouillon mais qui s'arrache sur chaque ballon et un Griezmann en première arme. Pour se défendre, Grenade sort la lacrymo Rochina mais le spray ne touche que le poteau. Ce qui plaît aux yeux d'Oblak, battu sur le coup. Un qui se tord de douleur, c'est Lopes après un choc avec Hernandez. Preuve d'un combat acharné.

Le KO de Torres, l'achèvement de Correa


Hargneux…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant