L'assurance vie, une épargne disponible ?

le
0

Si l'assurance-vie constitue un placement à long terme, cela ne veut pas dire que l'épargne est bloquée. Le souscripteur peut en disposer à tout moment, en effectuant un rachat ou en demandant une avance.

Effectuer des rachats sur un contrat d'assurance-vie

Le souscripteur d'une assurance-vie peut opter pour un rachat total : il retire en une seule fois l'ensemble de son épargne, majorée des intérêts et éventuelles plus-values. Cette opération met un terme au contrat. En cas de besoin d'argent ponctuel, il peut choisir un rachat partiel : il retire une partie de son épargne et le contrat se prolonge avec la somme restante. Les rachats partiels peuvent être programmés, afin de générer un complément de revenu régulier. Dans ce cas, le souscripteur retire périodiquement une partie fixe de son épargne.

Demander une avance à son assureur

Demander une avance revient à demander un prêt sur l'épargne disponible à son assureur. L'argent ne provient pas directement de l'épargne, qui reste placée dans son intégralité. Une avance ne peut excéder 80% de la valeur de l'assurance-vie et doit être remboursée dans un délai de trois ans (renouvelable une à deux fois selon les compagnies d'assurance).


Rachat ou avance, que choisir ?

Lors d'un rachat, les intérêts et plus-values sont soit imposés avec l'ensemble des revenus, soit soumis à un prélèvement forfaitaire libératoire, dont le montant dépend de l'ancienneté de l'assurance-vie. L'avance échappe aux impôts et prélèvements sociaux, mais elle implique le paiement d'intérêts, partiellement ou totalement compensés par les intérêts et plus-values que continue de générer l'épargne. Le choix est à faire au cas par cas, en fonction des caractéristiques du contrat.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant