L'assurance-vie : une épargne au capital garanti ?

le
0

Malgré la traversée d'une période difficile, les contrats d'assurance-vie continuent d'être prisés. Si vous comptez utiliser ce placement pour vous créer une épargne, sachez que deux alternatives s'offrent à vous. Et pour chacune, un risque plus ou moins élevé l'accompagne.

Capital garanti pour l'assurance vie ?
Capital garanti pour l'assurance vie ?

Une garantie selon l'actif choisi

Deux possibilités se présentent à vous si vous souhaitez souscrire un contrat d'assurance-vie.
La première est le placement dans un fonds en euros. C'est un placement garanti. Les experts parlent par ailleurs « d'effet de cliquet », car chaque année, les intérêts sont acquis quoiqu'il arrive. Son principe est d'investir majoritairement dans des obligations. À ce titre, des assureurs proposent un taux minimal garanti, auquel s'ajoute éventuellement une majoration en cas de participation aux bénéfices.
L'autre placement est celui en unités de compte. On parle d'« unités de compte » pour désigner un investissement sur un support financier : actions, Sicav, etc. Ici, à l'inverse, le capital n'est pas garanti : la valeur dépend avant tout de celle des actions, par exemple.
C'est donc par essence un investissement plus risqué.

Une rentabilité à la hauteur du risque

Il est donc logique que nombre d'investisseurs préfèrent le fonds en euros, qui est sûr. Ceci étant, le risque n'est pas le seul élément à entrer en compte : certains choisissent de favoriser la rentabilité aux dépens de la sécurité.
Comme la plupart des placements, celle du fonds en euros s'est érodée ces dernières années. Son rendement annuel moyen était estimé à 5,3% en 2000, contre 2,5% en 2014.
De son côté, l'assurance-vie en unités de compte est plus risquée, mais elle autorise une meilleure rentabilité : en moyenne, ce type de support affiche un taux à 4,7% en 2014, soit 2,2 % de plus que le rendement des fonds en euros.
Souvenez-vous également que ces placements, une fois les prélèvements sociaux effectués, baissent considérablement. Pour les unités de compte, la rentabilité nette est à 1,6% en 2014.

Le cas des contrats d'assurance-vie multisupports

Il existe enfin une alternative, qui est simplement un compromis entre le fonds en euros et celui en unités de compte. On parle d'assurance-vie multisupport.
Pour la gestion de ce type de contrat, le souscripteur a le choix :

  • - la gestion libre vous laisse répartir votre argent comme vous l'entendez ;
  • - la gestion dite « à horizon » : les placements varient automatiquement en fonction de ce que la personne recherche, mais aussi de son âge (une personne âgée cherchera davantage la sécurité) ;
  • - La gestion profilée laisse simplement les commandes à l'assureur : dites-lui par exemple que vous souhaitez des placements prudents, et il se chargera lui-même de faire la répartition.

Trucs et astuces

Entre rentabilité et sécurité, le bon plan consiste à ne consacrer qu'une petite partie de son investissement à des placements à risques. Entre 20% et 30% est une bonne moyenne. Cela permet de conserver une base saine et sans risques, tout en cherchant des placements financiers plus lucratifs. Des experts parlent ainsi d'un retour sur investissement très intéressant après 8 à 10 ans.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant