L'assurance vie reste-t-elle un placement intéressant après 70 ans ?

le
0

La fiscalité d'un contrat d'assurance-vie dépend de l'âge du titulaire au moment des versements. Qu'advient-il de ce produit d'épargne après 70 ans ?

Un régime fiscal modifié après 70 ans

Le régime fiscal de l'assurance-vie change après les 70 ans de l'assuré. Les versements effectués au-delà de cette limite d'âge intègrent son héritage, la somme touchée par le bénéficiaire du contrat après son décès est donc soumise aux droits de succession, proportionnellement à cette fraction de l'épargne (après un abattement de 30 500 euros). Les intérêts engendrés par les primes versées après 70 ans échappent cependant aux droits de succession.

Ouvrir un nouveau contrat

Afin d'éviter tout problème dans le calcul de l'imposition des sommes versées après le décès de l'assuré, il est conseillé d'ouvrir un nouveau contrat d'assurance-vie après 70 ans. Seule exception : les contrats souscrits avant le 20 novembre 1991, pour lesquels l'âge du titulaire au moment des versements n'a aucune incidence sur la fiscalité des montants versés après son décès.

Un placement restant intéressant

Malgré ce changement de régime fiscal, l'assurance-vie ne perd pas forcément son intérêt après 70 ans. L'espérance de vie étant encore de près de 15 ans pour les hommes et de 19 ans pour les femmes au-delà de cet âge, un contrat correctement géré peut produire un montant d'intérêts non négligeable, à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d'euros. De manière générale, bien gérée, l'assurance-vie reste avantageuse à tout âge.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant