L'assurance-vie reste-t-elle un bon placement ?

le
15
La crise financière peut avoir une incidence sur l'épargne investie en assurance-vie. Fonds euro, unité de comptes, comment sont-ils affectés ? Eléments de réponse.Les conséquences sur le fond euro

La solvabilité des compagnies d'assurance françaises n'est plus une question d'actualité. Les récentes secousses financières ont démontré qu'elles étaient capables d'encaisser de fortes crises. Bien entendu, le risque zéro n'existant pas, la possibilité de faillites existe, mais cette perspective reste très lointaine. En tout état de cause, les assurances-vies françaises garantissent les encours jusqu'à hauteur de 70.000¤ par assuré (art. R423-7 du Code des Assurances).

L'impact sur le fonds euro est quant à lui relativement limité, notamment en raison de la gestion financière et prudentielle des compagnies d'assurance-vie. En effet, celles-ci mettent de côté les performances enregistrées les années fastes afin de compenser les années moins bonnes. Il en résulte un lissage des performances. Les taux 2012 ne devraient donc pas connaître de chute particulière de ce fait.

Les conséquences sur les unités de compte

Bien que moins volatiles que les titres détenus en direct ou les indices, les unités de compte ont bien sûr subi le contrecoup de la crise. Celles qui contiennent des actions ont donc vu leur valeur baisser, bien que certains gestionnaires aient pu tirer leur épingle du jeu à cette occasion.

Toutefois, la diversification des titres détenus par les OPCVM permet de diminuer le risque global de leur portefeuille.

De plus, les options de gestion disponibles à travers les meilleurs contrats d'assurance-vie permettent d'éviter des pertes trop importantes, en mettant le capital à l'abri.

Rappelons enfin qu'historiquement, les supports actions restent les plus rentables parmi tous les investissement à condition de les conserver plusieurs années, et ce même si ces années incluent des périodes de crise.

Un impact indirect: l'augmentation de la fiscalité

La crise financière a un impact non seulement sur l'épargne, mais sur les finances générales des pays. La France n'échappe pas à cette règle, notamment parce que la dégradation de sa note va augmenter le coût de sa dette: elle va en effet devoir emprunter plus cher. Rien d'étonnant donc à ce que cette crise entraine une augmentation des prélèvements obligatoires. Si côté impôt sur le revenu, l'assurance-vie échappe pour le moment à cette hausse, il n'en est pas de même de celle qui touche les prélèvements sociaux. Ceux-ci sont passés à 13,5% depuis le 1er octobre 2011.

Dans le paysage financier français, l'assurance-vie reste cependant l'un des placements les plus souples et les moins fiscalisés. Les périodes de crise financière sont d'ailleurs un moment propice à l'investissement puisqu'elles permettent de profiter de la remontée ultérieure des économies. Les unités de compte constituent par ailleurs une source de financement non négligeable pour les entreprises, grandes ou petites, dont elles ont d'autant plus besoin en ces périodes.

LIRE AUSSI:

» Limiter les risques de l'assurance-vie

» Miser sur l'immobilier dans son contrat d'assurance-vie

SERVICE:

» Découvrez les meilleures assurances-vie existantes et leurs atouts grâce à CPLUSSUR.com.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Al2175 le jeudi 19 juil 2012 à 19:26

    merci de cette precision (cesarski)

  • cesarski le jeudi 19 juil 2012 à 14:59

    desole de decevoir l'auteur de l'article mais la dierctive europeenne sur l'epargne oblige les cies d'assurance a garantir chaque client a la hauteur de 100 000 euro.

  • ceriz le jeudi 19 juil 2012 à 13:57

    mieux vaut acheter des terres agricoles et forestières! dans une holding ou sci............ou des métaux.........

  • ceriz le jeudi 19 juil 2012 à 13:55

    produit obsolète et complètement dépassé!

  • ceriz le jeudi 19 juil 2012 à 13:54

    ben non ! ça vaut rien c tout! frais d'entrée, frais de gestion rendement 3% argent bloqué.c'est pas à moi de proposer! c 'est au gouv! il en est incapable! on veut faire aller les gens dans le circuit de l'investissement puisque plus rien ne rapporte rien!de plus les banques et assurances y mettent des produits toxiques sans le dire.......... les surprises vont être grandes...........

  • tbbnq le jeudi 19 juil 2012 à 12:13

    M344 : dans la fiscalisation de l'assurance-vie, il ne faut pas oublier l'impot Balladur de 7% sur les interets annuels au-delà d'un certain seuil.

  • M3443642 le jeudi 19 juil 2012 à 11:00

    A part dire ca vaut rien, tu proposes quoi ????Pour dire cela faut comparer à autre chose. Sinon on peut dire que la France ne vaut rien non plus. Après un stage au Bengladesh, ton discours aura peut être évolué !!!

  • ceriz le jeudi 19 juil 2012 à 10:48

    ça ne vaut absolument plus rien! de rien.

  • M3443642 le jeudi 19 juil 2012 à 10:28

    Et je ne parle pas des montages patrimoniaux potentiels :Démembrement de clause bénéficiaire.Donation de nue propriété sur des bons de capitalisation.Protection du conjoint survivantProtection d'un enfant handicapé....

  • M3443642 le jeudi 19 juil 2012 à 10:24

    transmission : 152.500 € d'abattement par bénéficiaire... Mieux qu'une succession en ligne directe dorénavant (abattement ramené à 100.000 €).Dites moi ce que vous avez de mieux... Immobilier ? Jusqu'à la prochaine crise mais vous devez être amnésique comme beaucoup de français... L'immobilier ne baisse jamais... Sachant que les revenus locatifs sont eux soumis à l'IR + prélèvements sociaux. La rentabilité locative en habitation est inférieure à 4 % brute...