L'assurance maladie propose 2,5 milliards d'économies en 2014

le
4
L'ASSURANCE MALADIE PROPOSE 2,5 MILLIARDS D'ÉCONOMIES EN 2014
L'ASSURANCE MALADIE PROPOSE 2,5 MILLIARDS D'ÉCONOMIES EN 2014

PARIS (Reuters) - L'assurance maladie propose 2,5 milliards d'économies en 2014, à travers notamment des baisses de prix de certains médicaments, pour limiter à 2,4% la hausse des dépenses de santé en France.

Le gouvernement veut réaliser 14 milliards d'euros d'économies en 2014 et pourrait reprendre ces propositions dans son projet de loi de financement de la sécurité sociale en septembre. Elles s'ajouteraient aux 9 milliards d'euros d'économies prévus sur la sphère dépendant de l'Etat.

Pour 2013, la Commission des comptes de la sécurité sociale prévoit une hausse de 2,9% des dépenses regroupées dans l'Objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam), dont le montant atteindrait 175 milliards d'euros cette année.

L'Ondam progresse tendanciellement de 4% par an, soit quelque 7 milliards d'euros, en particulier du fait du vieillissement de la population, ce qui explique l'ampleur des efforts à fournir chaque année pour contrôler sa progression.

Dans un rapport diffusé mardi, la Caisse nationale d'assurance maladie estime pour 2014 que "pour respecter un taux de progression de 2,4% (de l'Ondam NDLR), les économies par rapport à la croissance tendancielle des dépenses doivent représenter 2,48 milliards d'euros".

Le prix de certains médicaments est le premier levier suggéré, pour économiser 750 millions d'euros l'an prochain.

Une "baisse de prix conséquente" du Lucentis, un médicament contre la dégénérescence maculaire, une maladie de la rétine liée à l'âge, fabriqué par Novartis, est notamment proposée. Les statines, les génériques, les nouveaux anticoagulants oraux et les gliptines sont également cités.

La "maîtrise médicalisée" et l'efficience des prescriptions devraient générer 600 millions d'euros d'économies et l'efficience hospitalière sur les achats et la logistique 220 millions.

L'ajustement des tarifs des professionnels de santé, notamment dans l'imagerie et la biologie, doit dégager 150 millions d'euros. Un montant d'économies identique serait réalisé sur les tarifs de certains dispositifs médicaux, de même que sur l'amélioration des prescriptions de médicaments à l'hôpital.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • denisam1 le mardi 9 juil 2013 à 15:34

    taxe sur la semoule pour compenser la transhumance des médicaments

  • smartel8 le mardi 9 juil 2013 à 14:29

    Savez vous que lors de la transhumance sur l'AFRIQUE DU NORD de juillet et août des millions de médicaments payes par la sécu , donc tous les FRANÇAIS , transitent eux aussi et sont revendus , troqués .......oui FRANÇOIS ça c'est l'égalité ,la fraternité et une des raisons de la ruine de la FRANCE !!!!!!

  • fgino le mardi 9 juil 2013 à 14:28

    gabegie de la prescription ...les médecins prescrivent, les malades stockent et jettent, les labos et les medecins touchent, la sécu, c'est à dire nos salaires sont rabotés ...

  • kleinjos le mardi 9 juil 2013 à 14:05

    n'es-ce pas à NOVARTIS de baisser le coût du LUCENTIS ,les bas retraités ne pourront plus se soigner si la dégenérescence maculaire n'est pas soignée. La sécurité sociale,

Partenaires Taux