L'assurance-crédit remise en question

le
0
De part et d'autre de l'Atlantique, les compagnies aériennes européennes et américaines dénoncent les facilités d'assurance-crédit qui favorisent leurs concurrentes, comme Emirates, lors de l'achat de Boeing ou d'Airbus.

Pour une fois, elles sont unies. Lufthansa, Air France et British Airways sont main dans la main pour remettre en question l'accès à l'assurance-crédit, cette facilité de paiement garantie par l'État pour l'achat de nouveaux avions, dont bénéficient certaines compagnies aériennes. Car depuis 1986, les compagnies nationales où l'industrie aéronautique est bien implantée ne sont pas éligibles à l'assurance-crédit pour l'achat d'appareils. Ainsi Air France-KLM Iberia, British Airways et Lufthansa sont exclues de ce dispositif géré par la Coface, Euler et ECGD puisqu'Airbus opère sur leurs terres.

Concrètement, ce dispositif donne accès à des taux de crédit - garantis par le gouvernement - plus intéressants que sur le marché bancaire. De plus, ce crédit est couvert en cas de défaut de paiement.

De même, les compagnies américaines comme Delta, Southwest Airlines ou American Airlines ne bénéficient pas non plus du «crédit export», géré par l'Ex-Im Bank au

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant