L'association des coureurs prend une position ferme contre le dopage mécanique

le
0

Alors qu’un reportage diffusé dans l’émission Stade2 dimanche a rouvert le débat sur les moyens de lutte contre le dopage mécanique, l’association des coureurs a appelé à la suspension à vie des coureurs pris la main dans le sac.

Après le dopage physiologique, qui touche le cyclisme depuis le milieu des années 1990, c’est le dopage mécanique à coups de moteurs dans les cadres ou de roues magnétiques qui met en émoi le peloton professionnel. Une récente enquête diffusée dans le magazine Stade2 a rouvert la plaie et a provoqué la réaction de l’association des coureurs, via son président Gianni Bugno, qui a pris position pour la suspension à vie des coureurs pris avec un vélo amélioré : « La CPA demande à l'UCI d'imposer des sanctions exemplaires et sévères, telles que la suspension à vie pour les coureurs qui ont commis ces infractions, car ils jettent de la boue injustement sur le cyclisme honnête de la majorité ». L’idée de poursuites en justice a également été mise sur le tapis. En plus de cela, la CPA a pris la parole pour tenter d’aider l’UCI dans sa lutte contre le dopage technologique, dont l’efficacité a été mise en doute. « L'UCI procède à des tests contre la fraude technologique depuis de nombreuses années et, pour accroître leur efficacité, a expérimenté de nouvelles méthodes de détection au cours de la dernière année, a déclaré la CPA au site Cyclingnews. Nous avons essayé l'imagerie thermique, les rayons X ou les tests par ultrasons mais les tests de résonance magnétique sont la meilleure méthode, de loin la plus efficace, fiable et précise. Nous utilisons un logiciel que nous avons développé avec une société spécialisée. Le 'scan' est fait avec une tablette et permet à un opérateur de tester le cadre et les roues d'un vélo en moins d'une minute. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant