«L'assistant sexuel n'est pas un prostitué»

le
0
INTERVIEW - Tétraplégique depuis 16 ans, l'écrivain Bruno de Stabenrath vient de publier Dans la peau d'un handicapé . Sans tabou ni complexe, il y aborde la question de la sexualité chez les personnes en fauteuil roulant.

LE FIGARO. - Pourquoi la sexualité des personnes handicapées est-elle encore un sujet tabou en France?

Bruno DE STABENRATH. - Le handicap est déjà un sujet tabou en soi. Nous sommes les héritiers d'une culture judéo-chrétienne, alors quand on parle de sexualité, c'est encore pire. Si les tétraplégiques doivent en plus se reproduire, c'est tragique!

Est-ce difficile d'avoir une vie sexuelle quand on est en fauteuil roulant?

Pour certains oui. Parfois, des personnes sont obligées de prendre du viagra, d'autres s'injectent un produit dans le pénis. Quand vous avez de l'argent, vous pouvez faire appel à une prostituée. Pour les grands invalides, il y a des mères qui sont tellement traumatisées de voir leur enfant sans vie sexuelle ou sentimentale qu'elles finissent par les masturber pour les soulager. Il est donc important que des assistants sexuels existent.

Cette pratique est interdite par la loi en France. L'ex-député UMP Jean-François Chossy avait remis un rappo...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant