L'Assemblée vote l'interdiction des violences corporelles sur les enfants

le
4
Une fessée, le 1er mars 2015 à Paris.
Une fessée, le 1er mars 2015 à Paris.

L’opposition aux punitions corporelles n’est pas populaire en France. Cet amendement au projet de loi Egalité et citoyenneté devrait renforcer, par les textes, les dispositions du code pénal, qui punit déjà ces pratiques.

Une « étape majeure » dans la lutte contre l’utilisation des châtiments corporels sur les enfants vient d’être franchie, salue le médecin Gilles Lazimi, l’une des chevilles ouvrières du groupe de militants opposés à l’utilisation des fessées et des gifles dans l’éducation. L’Assemblée nationale a adopté en première lecture, dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 juillet, un amendement au projet de loi Egalité et citoyenneté, qui complète la définition de l’autorité parentale dans le code civil. Si le texte est définitivement adopté, l’article 371-1 précisera que les parents doivent s’abstenir « de tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles ».

L’amendement était présenté par les députés Marie-Anne Chapdelaine (PS, rapporteure thématique pour la dernière partie du texte), Edith Gueugneau (divers gauche) et François-Michel Lambert (écologiste). Les deux derniers avaient présenté le 20 avril une proposition de loi visant à abolir les punitions corporelles sur les enfants.

La formulation de l’amendement a été longuement négociée en amont avec la ministre des familles Laurence Rossignol, qui souhaitait éviter une allusion trop directe à la fessée, pour ne pas polariser le débat. Les termes punitions et châtiments ont ainsi été écartés, au profit de violences. La ministre a donné un avis de sagesse à l’Assemblée, laissant les députés libres de leur vote. La rapporteure ayant cosigné l’amendement, l’avis de la commission étai...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 5 mois

    ils feraient mieux de s'occuper des 150 000 sans abri dont 30 000 enfants

  • jfvl il y a 5 mois

    Démagos ! Je ne remercierai jamais assez mes parents de m'avoir su me recadrer quand j'en avais besoin. Ils m'ont ainsi sauvé la vie et préparé au monde des adultes où les coups sont bien plus durs qu'une bonne fessée.

  • M8252219 il y a 5 mois

    Contre la violence morale et mentale et la bêtise , c'est pour quand .

  • janaliz il y a 5 mois

    Contre la violence fiscale, quelle loi ?