L'Assembé national

le
0
L'Assembé national
L'Assembé national

Sans faire de bruit, Guy-Roland Ndy Assembé remplit son petit CV au plus haut niveau français. Contre Monaco, le portier disputera son centième match de Ligue 1. Un chiffre qui correspond bien à sa carrière réalisée exclusivement dans l'Hexagone. Interview.

Depuis ta naissance à Yaoundé, il y a eu un long parcours avant que tu ne deviennes centenaire en première division... Tu es venu à quel âge en France ?
Je suis arrivé d'Afrique quand j'avais deux ans. J'ai suivi mes parents, qui cherchaient une vie meilleure. Comme beaucoup de gens qui quittent leur pays d'origine, en fait. Mon père a monté son petit business ici, un restaurant. Mais je retourne souvent au Cameroun. Pendant les vacances de Noël, pendant la trêve estivale, pour la sélection...

Tu kiffes jouer pour le Cameroun ?
Ouais, bien sûr. C'est important. Ça fait six ans, maintenant. Quand j'étais petit et que je les voyais à la télévision, je rêvais de jouer avec eux. Bon, maintenant, il y a eu des changements d'entraîneurs, et ils préfèrent faire jouer un autre gardien... c'est comme ça.

Tu penses que la Coupe d'Afrique des nations peut être un frein pour une carrière de gardien ?
Ouais, ça peut. Suffit que pendant ton absence, ton remplaçant ait été excellent... Mais c'est essentiel de défendre les couleurs du pays.

Tu es remplaçant chez les Lions indomptables, mais tu es en revanche titulaire depuis la saison dernière à Nancy. Et tu vas jouer ton centième match en Ligue 1 à Monaco. Ça représente quelque chose pour toi ?
Avant, je comptais, puis j'ai arrêté quand je suis reparti en Ligue 2, après Guingamp. Mais c'est vrai que ce n'est pas simple à faire. Ça demande beaucoup de travail. Tout le monde ne fait pas cent matchs en première division comme ça.

Surtout quand on joue dans les buts.
Oui, c'est sûrement plus difficile à ce poste-là. Même quand on est considéré comme le numéro un, les choses peuvent rapidement tourner. On est tributaire de l'équipe. On troque facilement notre statut de titulaire contre celui de remplaçant, et après ça devient difficile.

"J'ai commencé défenseur central ! Quand j'étais petit, j'habitais près de Nantes, et je jouais souvent au but dans les tournois inter-quartiers. Mais je suis entré en sport étude en tant que défenseur."

Il est compliqué à vivre, ce rôle de gardien ?
Arrivé à…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant