L'ASSE, des envies d'Europe

le
0
L'ASSE, des envies d'Europe
L'ASSE, des envies d'Europe

Peu flamboyants dans le jeu depuis le début de saison, les Verts ont au moins le mérite de s'accrocher. De partout. Et notamment en Ligue Europa où, à défaut de sérénité dans le jeu, ils ont montré une volonté à toute épreuve.

La scène est assez symbolique. La rencontre entre Saint-Étienne et Anderlecht, comptant pour la deuxième journée de Ligue Europa, touche à sa fin. Le tableau d'affichage indique que l'on joue la 94e minute. Galtier, manches de chemise remontées jusqu'aux coudes, saute dans tous les sens, les bras en l'air. Sur la pelouse, Nolan Roux vient d'offrir une égalisation inespérée aux siens dans les dernières secondes du match. En tribunes, c'est l'effervescence. Le chaudron est en feu, dans un de ces états qui ont forgé sa légende, qui lui ont valu son surnom. Ce n'est pourtant qu'un but égalisateur face à Anderlecht en Ligue Europa. Mais il est tellement révélateur. Révélateur de la volonté de Galtier et ses hommes de ne pas bâcler cette compétition, de la respecter. Mieux encore, de la désirer. Certes, ce soir-là, les Verts ont galéré dans le jeu, comme souvent. Ils se sont montrés brouillons, terriblement maladroits offensivement, mais courageux. Volontaires et solidaires. Et surtout, concernés jusqu'à la fin. Jusqu'à la dernière seconde. Les deux confrontations qui ont suivies face à Qabala ont encore permis de souligner quelques lacunes, mais elles se sont toutes les deux soldées par une victoire. Et c'est bien là l'essentiel.

Jouer le coup à fond


C'est le reproche le plus fréquent que l'on fait aux clubs français. À juste titre, d'ailleurs. Depuis trop longtemps, ces derniers ont l'habitude de bazarder eux-mêmes leurs chances en C3. Peut-être parce que cette compétition est trop garnie en nombre de matchs, peut-être parce qu'elle n'est pas très prestigieuse. Peu importe, toujours est-il que l'intérêt que lui porte les clubs hexagonaux est souvent limité. Très limité. Cette année, voilà un reproche que l'on ne peut pas faire à l'AS Saint-Étienne, contrairement au leader de Ligue 1, l'OGC Nice. Dans le Forez, on ne blague pas avec l'Europe. On ne s'est pas battu des années pour la retrouver pour ne pas se donner les moyens d'écrire une nouvelle page sur cette scène mythique.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant