L'assassinat du petit Valentin devant les assises de l'Ain

le
0
L'enfant de 11 ans avait été tué de 44 coups de couteau en 2008.

Une audience criminelle, ou une expertise psychiatrique? Une cour d'assises, ou une annexe de Sainte-Anne? Deux accusés un peu dérangés, ou deux malades mentaux incurables égarés dans le box? Le procès de Stéphane Moitoiret et Noëlla Hego, qui répondent respectivement de l'assassinat d'un enfant de 11 ans et de complicité, s'ouvre ce matin pour deux semaines à Bourg-en-Bresse. Les débats devraient se dérouler dans une atmosphère singulièrement oppressante, en raison de la personnalité très inquiétante du couple jugé.

Valentin a été retrouvé couvert de sang dans une rue de Lagnieu (Ain) en pleine nuit, le 29 juillet 2008. La sauvagerie de l'agression laisse d'abord envisager qu'il ait été attaqué par un animal. Puis un examen approfondi permet de relever 44 plaies occasionnées par un couteau. Le carnage n'est donc pas celui d'une bête, c'est encore pire.

Assez vite, l'enquête s'oriente vers un couple de routards, aperçu dans la région et contrôlé peu av

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant