L'aspartame n'est pas nocif aux taux autorisés, juge l'AESA

le
0
L'AESA JUGE QUE L'ASPARTAME N'EST PAS NOCIF AUX TAUX AUTORISÉS
L'AESA JUGE QUE L'ASPARTAME N'EST PAS NOCIF AUX TAUX AUTORISÉS

BRUXELLES (Reuters) - L'aspartame, édulcorant artificiel utilisé dans de nombreuses boissons "light", ne présente aucun risque pour la santé aux taux où il est actuellement autorisé de le consommer, a jugé mardi l'Autorité européenne de sécurité des aliments.

Cet avis de l'AESA est une bonne nouvelle pour une société comme Coca-Cola, qui a vu ses ventes de boissons allégées chuter aux Etats-Unis après la publication d'études établissant un lien entre l'aspartame et des problèmes de santé, y compris des cancers ou des naissances prématurées.

Ces conclusions ont cependant été contestées par les agences de sécurité alimentaire de part et d'autre de l'Atlantique et dans sa dernière étude scientifique, l'AESA dit n'avoir décelé aucune conséquence néfaste sur la santé lorsque l'aspartame est absorbé à la dose journalière acceptable (DJA) fixée par l'UE de 40 milligrammes par kilogramme de poids corporel.

"Cet avis résulte d'une des études les plus complètes jamais entreprises sur le risque posé par l'aspartame", a commenté la présidente de la commission de l'AESA sur les additifs alimentaires, Alicja Mortensen, dans un communiqué.

Une canette de boisson gazeuse sucrée contient environ 180 mg d'aspartame, ce qui signifie qu'une personne de 75 kg doit en boire 16 par jour pour dépasser la DJA européenne. La DJA américaine est un peu plus élevée, à 50 mg/kg.

Charlie Dunmore; Tangi Salaün pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant