L'Asie du Sud-Est intensifie sa réponse à la crise de migrants

le , mis à jour à 16:04
0

* Réunion internationale à Bangkok sur les "boat people" * Quelque 2000 migrants dériveraient toujours en mer * La Birmanie refuse d'être montrée du doigt par Amy Sawitta Lefevre et Kanupriya Kapoor BANGKOK, 29 mai (Reuters) - Les pays d'Asie du Sud Est se sont engagés vendredi à Bangkok à intensifier leurs recherches pour venir en aide aux migrants qui errent dans les eaux de la région, au moment même où la marine birmane annonçait avoir récupéré au large de ses côtes un bateau chargé de plus de 700 passagers. Depuis que la Thaïlande a durci sa politique vis-à-vis des réseaux de passeurs, 4.000 migrants ont accosté en Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Birmanie et Bangladesh. Selon des chiffres des Nations unies, près de 2.000 d'entre eux seraient encore en mer. Les pays concernés se sont accordés vendredi à Bangkok pour mettre sur pied un dispositif de réaction destiné à lutter contre les réseaux de trafiquants et ont approuvé un large éventail de recommandations pour s'attaquer aux racines de la crise humanitaire. "Que le sommet ait été organisé avec autant de participants, c'est en soi un bon résultat", a déclaré à Reuters William Lacy Swing, directeur général de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). "C'est un premier pas très important. La clé, c'est la présence de la Birmanie. Je suis plutôt optimiste. Nous sommes ravis qu'elle ait décidé de mettre l'accent sur les opérations de secours et de recherche." Si certains migrants en provenance du Bangladesh cherchent avant tout à fuir la pauvreté, beaucoup d'autres sont des membres de la minorité musulmane birmane des Rohingyas originaires de l'Etat d'Arakan, sur la côte ouest de la Birmanie. Cette minorité dit être persécutée par les autorités de Rangoun et vivre dans une situation de quasi-apartheid. "Vous ne pouvez pas montrer mon pays du doigt", s'est défendu Htein Lin, directeur général du ministère birman des Affaires étrangères et chef de file de la délégation birmane au sommet. La Birmanie n'accorde pas la citoyenneté aux membres de la minorité rohingya qui vivent sur son territoire, les transformant de fait en apatrides, mais elle nie toute discrimination à leur encontre. Ils ne sont d'ailleurs jamais désigné comme Rohingyas, mais comme "Bengalis". La marine birmane a annoncé vendredi avoir intercepté un bateau chargé de 727 migrants, qualifiés de Bengalis, au large de ses côtes méridionales, entretenant le doute sur leur origine. "La marine birmane est en train de remorquer le bateau vers sa base de l'île d'Hainggyi", a déclaré Tun Kyaw Kyaw, directeur général du gouvernement local de la province d'Ayeyarwady, où est située la base en question. "Une fois qu'ils seront arrivés sur l'île, nous enquêterons sur eux", a-t-il ajouté. Vendredi également, le ministère thaïlandais a annoncé que près de 300 migrants étaient arrivés ces dernières semaines sur les côtes du pays et qu'ils venaient s'ajouter à 300 migrants récemment regroupés dans des centres de rétention répartis dans le pays. Le sommet de Bangkok réunit les 17 pays membres de l'Asean (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) et d'autres pays d'Asie, ainsi que des représentants des Etats-Unis, de Suisse et d'organisations internationales comme le HCR ou l'OIM. (Nicolas Delame pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant