L'artiste, le chercheur et un futur hybride à inventer

le
0
L'artiste, le chercheur et un futur hybride à inventer
L'artiste, le chercheur et un futur hybride à inventer

Le futur est une affaire trop sérieuse pour être confié aux seuls chercheurs: beaucoup invitent des artistes dans leurs laboratoires pour repousser les frontières de l'innovation, qu'il s'agisse de cultiver des vêtements en champignons ou dialoguer avec une plante. Cette tribu d'alchimistes modernes, passionnés de création digitale et d'expérimentation du vivant, a sa grand messe annuelle, le festival Ars Electronica, en Autriche, à Linz (nord) qui revendique son identité hybride et le mélange des disciplines, de la photo à la biochimie en passant par l'informatique et la musique. Durant cinq jours de remue-méninges, plus de 500 créateurs exposent les tendances de demain, à côté desquels les Google cars et autres objets connectés semblent déjà relever du passé."Ce n'est pas une foire d'art contemporain et ce n'est pas un salon d'innovation technologique où on arrive uniquement avec des réponses et des solutions techniques", prévient Gerfried Stocker, directeur artistique de la manifestation qui se déroule jusqu'à mardi.Ici, les collaborations artistes/scientifiques apportent aux différents projets ce supplément d'âme qui "fait naître des questions et interroge le sens de l'innovation", affirme M. Stocker.Doyen des festivals d'art numérique, Ars Electronica est né en 1979, quand beaucoup des participants du cru 2016 n'étaient encore pas nés.La référence que plusieurs d'entre eux citent spontanément est encore plus ancienne: Léonard de Vinci."C'était un artiste mais également un scientifique, un ingénieur, décrit Aniela Hoitnik, une créatrice néerlandaise. Ensuite on a séparé ces disciplines, mis des barrières que nous commençons à lever".Elle imagine un avenir où "le travail sera défini par ce que vous faites, pas par ce que vous êtes", elle qui ne se sent "ni artiste, ni designer, ni scientifique, ni créatrice de mode" mais "multidisciplinaire".Pour faire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant