L'art contemporain aux enchères s'essouffle

le
1
Un visiteur regarde une création de l'artiste allemand Ralph Baecker lors du festival Ars Electronica, le 8 septembre 2016 à Linz, en Autriche. (© J. Klamar / AFP)
Un visiteur regarde une création de l'artiste allemand Ralph Baecker lors du festival Ars Electronica, le 8 septembre 2016 à Linz, en Autriche. (© J. Klamar / AFP)

Avec un résultat d’1,5 milliard de dollars (1,3 Md EUR) contre 2,1 milliards (1,9 Md EUR) lors de l'exercice précédent, «le marché connaît une saine période d'ajustement, aussi nécessaire que prévisible» qui s'explique notamment par le recul des ventes en Chine, souligne Thierry Ehrmann, fondateur et PDG d'Artprice, leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art.

Performance

Au delà de cette correction, «l’art contemporain reste un investissement particulièrement performant sur le long terme», estime le rapport d'Artprice, réalisé en collaboration avec le groupe chinois Artron et AMMA. Le secteur a assuré un rendement annuel de 4,9% depuis 2000 dans un marché mondial où le nombre d'oeuvres vendues a quadruplé. Ce rendement peut atteindre 9% si le prix d'achat est supérieur à 20.000 dollars.

Avec une part accrue des recettes mondiales (12 % contre 9,6% lors de l'exercice précédent), «le contemporain est la locomotive du marché de l'art», dit Thierry Ehrmann.

Ombre chinoise

Les collectionneurs chinois ont délaissé les créateurs contemporains pour privilégier les artistes historiques, avec des transactions spectaculaires d’œuvres de Monet (214 millions de dollars), Van Gogh (66,3 millions de dollars) et Modigliani (170 millions de dollars).

Ce changement de comportement a très directement touché le marché contemporain chinois: son produit a baissé

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 12 mois

    Si c'est une "retour vers la qualité".. je ne donne pas cher des artistes contemporains.