L'arrivée de Sandy sur la côte Est paralyse New York

le
0
SANDY FRAPPE LA CÔTE EST DES ÉTATS-UNIS
SANDY FRAPPE LA CÔTE EST DES ÉTATS-UNIS

par Anna Louie Sussman et Michael Erman

NEW YORK (Reuters) - Des millions d'Américains se sont réveillés mardi au milieu d'un spectacle de désolation - habitations sous les eaux, arbres déracinés, coupures d'électricité - après le passage de Sandy, qui a inondé le métro new-yorkais et une partie de Manhattan.

Au moins 15 personnes ont été tuées aux Etats-Unis, et plus d'un million d'habitants ont dû être évacués dans une dizaine d'Etats, à la suite du passage de Sandy, qui est désormais officiellement considéré comme un "cyclone post-tropical", et non plus un ouragan.

Le changement de qualification par le Centre national des ouragans (NHC) signifie que Sandy est toujours accompagné de vents dont la force est caractéristique des ouragans, mais qu'il n'a plus la particularité des tempêtes tropicales.

Plus de sept millions de personnes étaient privées d'électricité après l'arrivée de Sandy, qui a atteint les côtes dans la nuit, à Atlantic City, dans le New Jersey, à près de 200 kilomètres au sud-ouest de Manhattan.

Le centre de Manhattan a enregistré une montée des eaux historique à 4,2 mètres de haut, plus d'un mètre au-dessus du précédent record, atteint en 1960, à la suite du passage de l'ouragan Donna.

L'eau a également envahi le réseau métropolitain, en particulier les tunnels qui passent sous les fleuves qui entourent Manhattan, ce qui pourrait paralyser la ville pendant des jours.

"En 108 ans, nos employés ne se sont jamais trouvé face à un défi comme celui auquel nous sommes actuellement confrontés", a reconnu Joseph Lhota, le président de l'Autorité des transports métropolitains de New York (MTA).

Con Edison, le producteur d'électricité de la ville, a dit s'attendre à des "coupures record", ajoutant que près de 650.000 personnes étaient privées d'électricité, à New York et ses environs. L'électricien doit à la fois faire face à des chutes d'arbres en surface et à des inondations dans les réseaux souterrains.

Les places boursières américaines, dont le New York Stock Exchange (Nyse) et le Nasdaq, resteront closes mardi, après avoir fermé la veille, pour la première fois depuis les attentats du 11 septembre.

DES VICTIMES DANS SEPT ÉTATS

A Breezy Point, un quartier balnéaire de l'arrondissement du Queens, le cyclone a entravé les efforts des pompiers pour éteindre un incendie qui a détruit plus de 50 maisons.

La police a confirmé la mort d'au moins deux personnes dans le Queens. Un homme a été victime de la chute d'un arbre alors qu'il se trouvait à son domicile et une femme a été électrocutée. Quatre autres morts ont été signalé dans le comté de Wetchester, au nord de la ville, et dans la banlieue de Long Island.

Ailleurs sur la côte Est, la police du Massachusetts a signalé la mort d'un homme à Peabody, et d'autres personnes ont été tuées dans le Maryland, le Connecticut, le New Jersey, la Pennsylvanie et la Virginie-Occidentale

Au Canada, une femme est décédée à Toronto, frappée par des débris emportés par les vents.

A l'ouest de New York, dans le New Jersey, la montée des eaux atteignait 1,5 mètre de haut dans trois villes, après la rupture ou la submersion d'une digue, suivant la version donnée par différents responsables locaux.

Les vents accompagnant la tempête, qui se déplace vers l'Ouest, sur la Pennsylvanie, soufflent depuis la Caroline du Sud jusqu'à la frontière canadienne, et de la Virginie-Occidentale à l'océan Atlantique.

Les zones les plus touchées sont aussi les plus densément peuplées avec les villes de New York, Washington, Baltimore et Philadelphie. Beaucoup de zones urbaines ont été recouvertes par les eaux.

Alors que les routes, les pistes d'aéroports, les ponts et les tunnels ont été fermés au fur et à mesure de la progression du cyclone, il est devenu presque impossible de circuler entre New York et Washington, l'un des axes les plus fréquentés aux Etats-Unis.

La compagnie d'électricité américaine Exelon a par ailleurs placé lundi en état d'alerte le réacteur de la centrale nucléaire d'Oyster Creek située à plus de 130 kilomètres de New York dans le New Jersey, en raison d'une montée des eaux à plus de deux mètres, a annoncé un porte-parole de la Commission de régulation nucléaire américaine (NRC).

Le porte-parole a ajouté que si le niveau des eaux continuait à progresser, cela pourrait affecter les pompes à eau du réacteur, utilisées notamment pour refroidir le combustible usagé.

En plus des pluies, l'arrivée de Sandy pourrait provoquer d'importantes chutes de neige dans les Appalaches, de l'Ouest de la Virginie jusqu'au Kentucky.

Avec Barbara Goldberg, Tom Mihalek, Greg Roumeliotis, Tom Hals et Kevin Gray, Hélène Duvigneau et Julien Dury pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant