L'Arménie en deuil de sa légende

le
0
L'Arménie en deuil de sa légende
L'Arménie en deuil de sa légende

Alors que l'Arménie s'apprête à défier la France, ce jeudi à Nice, des centaines de nostalgiques pleurent la disparition d'Hovhannes Zanazanian, capitaine de la mythique équipe de l'Ararat Yerevan de 1973 et légende du football arménien.

Dimanche 4 octobre 2015. Après des mois d'un combat acharné contre la maladie, Hovhannes Zanazanian s'éteint, à l'âge de 68 ans. Si ce nom demeure inconnu en France, il est, de l'autre côté de la Mer noire, le symbole d'une des plus grandes épopées que le football arménien ait jamais connu. Joueur, d'abord, et capitaine de l'Ararat Yerevan, il avait également honoré plusieurs sélections avec l'équipe soviétique. Avant de se concentrer sur son combat contre la maladie, il avait également entraîné plusieurs équipes et s'était même payé le luxe de coacher les U19 arméniens, entre 1994 et 1995. Si son décès endeuille le football arménien, il rappelle aussi à tout le monde quelle fabuleuse équipe l'Ararat Yerevan possédait dans les seventies. Plus de 40 ans plus tard, cette équipe est encore gravée dans les mémoires comme le symbole de l'Arménie qui gagne. Une Arménie fière et unie derrière l'épopée incroyable d'une équipe de football qui devait à l'époque batailler contre les plus grosses écuries soviétiques.

L'historique Ararat 73


Fondé en 1935 par le Spartak, une société omnisport qui reliait les différents pays de l'Union soviétique, le Football Club Ararat Yerevan décroche très vite ses premiers succès. Effectivement, dès 1940, Yerevan déflore son palmarès avec une Coupe d'Arménie. Un titre qui en appelle d'autres, même si le club ne dispute aucun match pendant 4 ans, de 1940 à 1944, en raison de la Seconde Guerre mondiale. À la reprise de la compétition, le Yerevan reprend toutefois immédiatement sa marche en avant. Le club arménien finit ainsi second de la seconde division de la région transcaucasienne, un petit point derrière le FC Tbilissi. Puis dispute pour la première fois la première division soviétique en 1949. Les lettres d'or du club sont cependant gravées une bonne vingtaine d'années plus tard. Porté par son trio Zanazanian-Andreasyan-Bondarenko, le Yerevan illumine en effet les seventies. Deuxième du championnat soviétique en 1971, le club arménien réalise un formidable doublé coupe-championnat en 1973. Qui plus est, en prenant sa revanche en finale de Coupe sur le Dynamo Kiev (2-1), vainqueur en 1954 sur le même score. Aharon Boyadjian, fils du premier arbitre international arménien de l'histoire, Khatchadour Boyadjian, et fervent supporter du Yerevan, abonde : "Je crois bien que le Yerevan 73 est la plus grande équipe arménienne de football de tous les…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant