«L'armée veut sauver le régime»

le
0
INTERVIEW - Sophie Pommier est l' auteur d' Égypte. L'envers du décor (Éd. La Découverte).

LE FIGARO.- Le départ de Hosni Moubarak semble désormais acquis. Peut-on pour autant parler de révolution ?

Sophie POMMIER.- Je ne pense pas, car cette révolte ne devrait pas déboucher sur un changement de régime. Le clan Moubarak est un fusible. L'armée n'a lâché le président égyptien que pour assurer la survie du régime. Ce scénario était dans les tuyaux depuis longtemps. Ce qui s'est passé en Tunisie n'a fait qu'accélérer sa mise en œuvre. Les militaires s'interrogeaient depuis longtemps sur la capacité de Gamal Moubarak, fils de Hosni et héritier présomptif, à assurer la stabilité du pays et à ne pas mettre en danger leurs intérêts personnels. Car l'armée égyptienne, c'est aussi un empire économique. Elle est la première bénéficiaire de l'aide américaine et du budget de l'État. Elle possède un patrimoine foncier. Beaucoup de militaires se sont reconvertis dans les affaires. Ils contrôlent des groupes agroalimentaires, des magasins, etc.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant