L'armée ukrainienne se montre près de Slaviansk, Moscou avertit

le
11
OFFENSIVE DE L?ARMÉE UKRAINIENNE À SLAVIANSK
OFFENSIVE DE L?ARMÉE UKRAINIENNE À SLAVIANSK

par Maria Tsvetkova

SLAVIANSK Ukraine (Reuters) - L'armée ukrainienne a tenté vendredi de passer à l'offensive à Slaviansk mais elle n'a guère progressé et a perdu deux militaires, qui se trouvaient à bord de deux hélicoptères abattus par les séparatistes pro-russes de cette ville de l'Est.

La Russie, qui se réserve le droit d'intervenir pour protéger les populations russophones, a accusé le pouvoir à Kiev d'ouvrir le feu sur des civils et d'anéantir les efforts de paix entrepris dans le cadre de l'accord de Genève avec cette "opération punitive".

Porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov a déclaré que le Kremlin était "extrêmement inquiet" pour la population russophone de Slaviansk et pour son émissaire Vladimir Loukine, que le président russe a envoyé dans le sud-est de l'Ukraine pour tenter d'obtenir la libération de sept observateurs militaires européens retenus par les pro-russes.

Vladimir Loukine n'est plus entré en contact avec les autorités russes depuis le début de l'opération ukrainienne.

Les journalistes de Reuters présents dans cette ville, place forte des séparatistes pro-russes, ont entendu des tirs et vu un hélicoptère ouvrir le feu avant le lever du jour. En milieu de journée, la ville était calme. Les commerces étaient fermés et les miliciens séparatistes patrouillaient dans les rues.

Les blindés ukrainiens ont progressé et ont pris position dans les faubourgs mais l'essentiel de cette ville de 130.000 habitants restait aux mains des rebelles.

Aux abords sud de Slaviansk, huit véhicules ukrainiens de transport de troupes ont bloqué une route mais ont été confrontés à une foule d'habitants leur criant de partir.

Des rebelles ont érigé de nouvelles barricades à l'aide d'arbres abattus.

LES MISSILES, PREUVE D'UNE IMPLICATION RUSSE, SELON KIEV

Des responsables ukrainiens ont déclaré que l'armée avait démantelé des barrages rebelles et que la ville était désormais "fermement encerclée".

Le ministère ukrainien de la Défense a annoncé que deux hélicoptères de combat Mi-24 avaient été abattus par des missiles sol-air portatifs alors qu'ils patrouillaient dans la nuit autour de Slaviansk. Deux membres d'équipage ont été tués et d'autres blessés.

Viatcheslav Ponomariov, maire autoproclamé de Slaviansk, a affirmé qu'un pilote avait été capturé, ce qu'ont dit également des responsables de la sécurité d'Etat (SBU).

Un troisième hélicoptère, un appareil de transport Mi-8, a été touché par des tirs et un passager a été blessé, selon le ministère de la Défense.

Pour le SBU, l'utilisation de missiles sol-air portatifs est la preuve que "des spécialistes militaires étrangers entraînés et hautement qualifiés" opèrent dans le secteur et "pas seulement, contrairement à ce qu'affirme la Russie, des civils dotés d'armes qu'ils ont prises dans des armureries".

Les séparatistes pro-russes ont proclamé l'échec de cette offensive ukrainienne. "Ils voulaient effectuer des opérations tactiques de faible envergure dans le seul but d'effrayer la population", a dit un rebelle posté à un barrage sur la route menant à l'aérodrome tenu par l'armée. "Mais, jusqu'à présent, les choses ne se déroulent pas comme ils le souhaitaient."

Les séparatistes pro-russes se sont en outre emparés du poste de contrôle du trafic ferroviaire de la région de Donetsk et ont provoqué une quasi-paralysie de la circulation en coupant l'alimentation électrique.

A Louhansk, le ministère de l'Intérieur affirme en revanche être parvenu à convaincre les séparatistes de quitter les bureaux du procureur et le siège de la télévision qu'ils occupaient depuis mardi.

L'UE INQUIÈTE

Les autorités provisoires ukrainiennes accusent la Russie d'orchestrer en sous-main cette agitation séparatiste dans l'est de l'Ukraine depuis la destitution le 22 février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch.

La Russie, qui a massé des dizaines de milliers de soldats le long de la frontière selon l'Otan, dément toute implication dans ces troubles. Elle se réserve toutefois le droit d'intervenir pour protéger les populations russophones si elle les juge menacées par les "fascistes" qui, selon elle, ont pris le pouvoir à Kiev avec l'aide des pays occidentaux.

Rappelant que Vladimir Poutine avait prévenu que toute "opération punitive" serait considérée comme un "acte criminel", son porte-parole a déclaré aux agences de presse russes que c'était ce qui était en train de se produire à Slaviansk.

"Alors que la Russie entreprend des efforts pour apaiser et régler le conflit, le régime de Kiev s'est mis à tirer sur des villes de civils avec l'aviation militaire et a commencé une opération militaire, anéantissant de fait le dernier espoir de survie de l'accord de Genève", a dit Dmitri Peskov.

Signé le 17 avril par l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne, l'accord de Genève prévoit notamment un désarmement des milices et la libération des bâtiments publics illégalement occupés. Chaque camp accuse l'autre de ne pas le respecter.

L'Union européenne a déclaré qu'elle observait "avec une inquiétude croissante" les événements en cours. L'Ukraine n'est toutefois pas membre de l'Otan et les pays occidentaux ont clairement laissé entendre qu'ils ne se lanceraient pas dans une aventure militaire pour la défendre d'éventuels appétits russes.

(Avec Natalia Zinets et Elizabeth Piper à Kiev; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le vendredi 2 mai 2014 à 18:08

    ZeroHedge comment :If Russia wanted to destabilize Ukraine, all they have to do is allow a couple of dozen containers of RPD's and RPG's to 'get stolen'. That alone would be enough for game over.

  • dupon666 le vendredi 2 mai 2014 à 17:55

    les russes sont partis pour recuperer tranquillement toute la cote de la mer noire pour faire la jonction avec la transnistrie.....et les roquets de l'UE se contentront d'aboyer et de les priver de dessert

  • dupon666 le vendredi 2 mai 2014 à 17:51

    pauvre mark92 qui en bave de jalousie...

  • mark92 le vendredi 2 mai 2014 à 17:35

    Poutin a tout a perdre. Ben 40 milliards de fortune personnel avec 85 000€ de revenu par an ?? Cherchez l'erreur.

  • M2801849 le vendredi 2 mai 2014 à 16:52

    NOn a cette EU vassal des USA !

  • M2801849 le vendredi 2 mai 2014 à 16:51

    Pas d'UE possible tant que les usa auront leur armée sur notre sol !

  • v.sasoon le vendredi 2 mai 2014 à 16:42

    Un site americain qui n'est pas payé par la CIA http://www.zerohedge.com/news/2014-05-02/ukraines-anti-terrorist-operation-turns-deadly-odessa-live-feed

  • v.sasoon le vendredi 2 mai 2014 à 16:37

    parce que ce sont les seul a ne pas etre payé par les américains.Tu te souviens des armes de destruction massive de sadam hussein, et tu crois encore ce que disent les américains? tu est tres naifs, ou tu es payé par eux.

  • lorant21 le vendredi 2 mai 2014 à 16:27

    la situation devient délicate.. V.Sasoon: croire un site russe? pourquoi pas la Corée du Nord ou Cuba?

  • occulti1 le vendredi 2 mai 2014 à 16:21

    Ne le disent pas clairement mais : c 'est la guerre.