L'armée ukrainienne dit progresser, le dialogue au point mort

le
2

par Natalia Zinets et Thomas Grove KIEV/DONETSK, Ukraine, 17 août (Reuters) - Les forces ukrainiennes ont repris dimanche le contrôle d'un commissariat de police à Louhansk sur lequel elles ont symboliquement hissé le drapeau de leur pays, une avancée qui pourrait se révéler décisive dans les efforts de Kiev pour mâter l'insurrection pro-russe. Des responsables ukrainiens ont précisé que les séparatistes opposaient une résistance acharnée pour conserver le contrôle de cette ville qu'ils tiennent depuis le début du conflit. Cette localité est, selon Kiev, un point de passage essentiel pour l'acheminement d'armes, de combattants et de matériel en provenance de la Russie. Les ministres des Affaires étrangères d'Ukraine, de Russie, de France et d'Allemagne se sont retrouvés dimanche en fin d'après-midi à Berlin pour des discussions, mais une solution politique semble encore très loin, selon l'estimation du chef de la diplomatie allemande Franz-Walter Steinmeier. "La situation en Ukraine demeure difficile. Les informations qui nous parviennent aujourd'hui montrent que nous sommes loin de la fin du conflit", a dit Steinmeier. "Des gens continuent de mourir. Il n'y a pas de cessez-le-feu. Nous sommes loin d'une solution politique". La Russie dément soutenir les rebelles et accuse l'Ukraine, soutenue par les Occidentaux, d'entretenir une crise humanitaire en utilisant une force excessive contre les populations russophones qui rejettent la légitimité des autorités de Kiev. Andriy Lissenko, porte-parole de l'armée ukrainienne, a indiqué que les forces gouvernementales affrontent les séparatistes dans Louhansk et qu'elles ont repris le contrôle du commissariat de police du quartier de Jovtneviy. "Ils ont hissé le drapeau de l'Etat là-bas", a-t-il annoncé. Aucun représentant de la rébellion n'était joignable dimanche dans la ville et un porte-parole des séparatistes à Donetsk a dit ne pas avoir d'informations en provenance de Louhansk. Si cette prise est confirmée, elle constitue un succès d'importance pour les troupes gouvernementales dans une agglomération qui s'oppose au pouvoir central depuis des mois. Les rebelles tiennent toujours la campagne environnante et notamment celle qui s'étend jusqu'à la frontière russe. PAS D'ACCORD SUR LE CONVOI Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé un deuxième succès militaire, celui de la prise du noeud ferroviaire de Iasinouvata au nord de Donetsk considéré comme d'une "importance stratégique". Dans un enregistrement vidéo diffusé samedi, Alexandre Zakhartchenko, Premier ministre de la République autoproclamée de Donetsk, avait dit attendre l'arrivée imminente de 150 véhicules blindés, dont 30 chars, et de 1.200 combattants formés depuis quatre mois en Russie. "Ils nous rejoignent au moment le plus décisif", affirme-t-il dans cette déclaration enregistrée vendredi. Ses propos ont jeté une ombre sur la rencontre à Berlin entre les ministres des Affaires étrangères ukrainien, russe, français et allemand. "Nous avons affirmé à plusieurs reprises que nous ne fournissions pas d'équipements là-bas", a déclaré Dmitry Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine. En ce qui concerne le convoi russe d'aide humanitaire destiné à la population de la région bloqué depuis plusieurs jours à la frontière, les douaniers russes et ukrainiens se sont entendus pour procéder à l'inspection d'un groupe de camions. Seize véhicules ont été séparés du convoi et conduits jusqu'à un dépôt d'autocars en Russie, près de la frontière avec l'Ukraine, a rapporté un caméraman de Reuters. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui doit superviser la distribution de cette aide, a dit qu'il attendait toujours des garanties de sécurité des belligérants pour autoriser le convoi à poursuivre sa route. "Nous allons voir ce soir si les obstacles peuvent être levés", a dit Franz-Walter Steinmeier. "Ce serait une bonne chose si cette aide humanitaire pouvait parvenir là où elle est nécessaire, à Louhansk, à Donetsk et dans d'autres villes de l'est de l'Ukraine", a précisé le ministre allemand. (Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • FullOil le lundi 18 aout 2014 à 00:22

    alors qui est crédible les russes avec un président autoproclamé

  • nayara10 le dimanche 17 aout 2014 à 23:55

    KIEV et l'OTAN ne sont plus crédibles ...