L'armée ukrainienne dément combattre dans le centre de Donetsk

le
0
L'ARMÉE UKRAINIENNE DÉMENT COMBATTRE DANS LE CENTRE DE DONETSK
L'ARMÉE UKRAINIENNE DÉMENT COMBATTRE DANS LE CENTRE DE DONETSK

KIEV (Reuters) - Un porte-parole du Conseil de sécurité ukrainien a déclaré que l'armée n'était pas responsable des explosions qui se sont produites lundi dans le centre de Donetsk, ville de l'est du pays tenue par les séparatistes pro-russes.

Les rebelles avaient auparavant déclaré que des tanks ukrainiens avaient tenté d'y pénétrer.

Selon les services de santé locaux, trois personnes ont trouvé la mort dans des affrontements près de la gare et à proximité de l'aéroport.

"(L'armée ukrainienne) travaille à dégager les voies d'accès à la ville, à détruire des points de contrôle tenus par les terroristes", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité ukrainien. "S'il y a des explosions dans le centre de la ville, alors elles ne sont pas l'oeuvre de soldats ukrainiens."

"Nous avons reçu l'ordre strict de ne pas recourir à des frappes aériennes ou à des tirs d'artillerie dans la ville même", a poursuivi le porte-parole.

"S'il y a des combats dans la ville, les autorités ukrainiennes disposent d'informations selon lesquelles un petit groupe armé qui s'est constitué affronterait les terroristes", a-t-il ajouté.

Quand un chef rebelle a fait état de tirs à la gare, des dizaines d'hommes se sont engouffrés dans des minibus pour rejoindre le théâtre des combats et des colonnes de fumée se sont élevées dans le ciel après des tirs d'artillerie.

Mais aussi brusquement qu'ils avaient commencé, les pilonnages ont cessé. Les vitres d'une tour de contrôle ferroviaire ont été brisées mais en début d'après-midi, les autorités locales ont fait savoir que les trains circulaient normalement et que la gare n'avait subi que des dégâts légers.

Le président ukrainien Petro Porochenko a fait de la reconquête de Donetsk un des objectifs prioritaires de l'opération "antiterroriste" menée depuis des semaines par Kiev contre les insurgés séparatistes.

Il a toutefois ordonné à l'armée de ne pas combattre dans un rayon de 40 km autour du site où s'est écrasé un Boeing de la Malaysia Airlines jeudi dernier, entraînant la mort de ses 298 passagers et membres d'équipage.

(Pavel Polityuk; Agathe Machecourt et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant