L'armée ukrainienne a repris Marioupol aux rebelles pro-russes

le
2
LES FORCES UKRAINIENNES ONT REPRIS MARIOUPOL AUX REBELLES
LES FORCES UKRAINIENNES ONT REPRIS MARIOUPOL AUX REBELLES

par Aleksandar Vasovic

MARIOUPOL Ukraine (Reuters) - Le drapeau ukrainien flotte à nouveau sur les bâtiments officiels de Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine près de la frontière russe, repris par l'armée ukrainienne vendredi après de durs combats contre les séparatistes pro-russes.

Les forces ukrainiennes ont également annoncé avoir reconquis une longue portion de frontière avec la Russie.

Le secrétaire général de l'Otan s'est pour sa part inquiété des informations faisant état de l'entrée de chars russes dans l'est de l'Ukraine.

Dans le centre de Marioupol, la police a interdit l'accès à plusieurs rues. Des barrages de sacs de sable et de blocs de béton, qui étaient jusqu'alors aux mains des rebelles, étaient criblés de balles. La carcasse calcinée d'un véhicule blindé portant l'insigne des rebelles fumait encore.

"A 10h34 (07h34 GMT), le drapeau ukrainien a été hissé sur l'Hôtel de Ville de Marioupol", pouvait-on lire sur la page Facebook du ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, moins de six heures après l'attaque du principal port ukrainien en mer d'Azov.

Selon un conseiller du ministère, les forces gouvernementales ont lancé l'assaut contre les rebelles après les avoir encerclés et leur avoir donné dix minutes pour se rendre. Cinq séparatistes et deux militaires ont été tués dans la bataille avant que de nombreux rebelles ne prennent la fuite.

Une centaine d'habitants de Marioupol, qui s'étaient rassemblés dans le centre ville pour montrer leur opposition à l'opération du gouvernement, ont échangé des injures et des gestes crus avec les militaires ukrainiens qui traversaient la ville en une longue colonne de camions blindés.

"Le gouvernement a apporté de tout ici, même un canon. Personne n'a été autorisé à venir voir comment le gouvernement tirait sur ses propres citoyens", se plaignait un habitant, Andreï Nikodimovitch.

INTÉRÊT STRATÉGIQUE

Marioupol, qui compte environ 500.000 habitants, revêt un grand intérêt stratégique parce que c'est un carrefour entre le sud-est de l'Ukraine et le reste du pays.

La ville, qui est aussi un important terminal d'exportations sidérurgiques, a changé de mains plusieurs fois depuis le début du conflit séparatiste dans l'est de l'Ukraine il y a plus de deux mois.

Kiev a également déclaré avoir reconquis 120 km de frontière jusque-là tenus par les rebelles séparatistes, sans que l'on sache qui contrôle les autres secteurs de la frontière. Les deux pays se partagent 2.000 km de frontière.

Regagner le contrôle de la frontière est vital pour le gouvernement qui accuse Moscou de laisser les rebelles y faire transiter blindés et armes.

L'Ukraine a accusé jeudi la Russie d'avoir laissé trois chars et d'autres véhicules militaires franchir la frontière entre les deux pays afin de venir en aide aux séparatistes.

Vendredi, le secrétaire général de a fait part de son inquiétude.

"Je suis préoccupé par les informations selon lesquelles des bandes armées pro-russes sont en train d'acheter des armes lourdes à la Russie, et notamment des chars russes", a déclaré Anders Fogh Rasmussen dans un communiqué. "Nous avons eu des informations selon lesquelles les chars russes et d'autres véhicules blindés pouvaient avoir franchi la frontière (pour entrer) dans l'est de l'Ukraine. Si ces informations sont confirmées, cela marquerait une grave escalade de la crise", a-t-il ajouté.

Le chef séparatiste Denis Pouchiline s'est dit de son côté ouvert à l'idée de discussions sous l'égide de médiateurs, et notamment de la Russie.

(Avec Adrian Croft à Bruxelles, Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le vendredi 13 juin 2014 à 11:20

    gouvernement ukrainien = assassin https://twitter.com/Hooli_Gan/status/477226052746760192

  • v.sasoon le vendredi 13 juin 2014 à 11:07

    http://www.les-crises.fr/porochenko-vu-par-les-americains/