L'armée syrienne pilonne l'Etat islamique dans son fief de Rakka

le
0

BEYROUTH, 18 août (Reuters) - Les forces gouvernementales syriennes ont continué à pilonner lundi la ville de Rakka, bastion des djihadistes de l'Etat islamique dans le nord-est de la Syrie, raportent des habitants. Selon eux, 16 raids aériens ont été menés à Rakka et dans les environs, notamment près de la base militaire d'Al Tabka, un aéroport situé à l'ouest de la ville contrôlé par les forces syriennes et assiégé par les activistes. L'usine de traitement des eaux de la ville a été détruite par une frappe, privant d'eau habitants et entreprises, a-t-on appris de même source. Plus de 170.000 personnes ont été tuées dans la guerre civile qui fait rage depuis trois ans en Syrie. La progression des combattants de l'Etat islamique s'est considérablement accélérée ces dernières semaines, grâce à leur offensive fulgurante dans le nord de l'Irak, où ils se sont emparé d'armes et de matériel militaire lourd. Pour faire face à leur montée en puissance, les forces loyales à Bachar al Assad ont intensifié leur riposte, notamment par des frappes aériennes. "Les bombardements se sont intensifiés puis sont devenus plus sporadiques, mais lorsqu'ils ne bombardent pas l'aéroport d'al Tabka, ils bombardent les villes environnantes ou Rakka", a déclaré un résident ayant requis l'anonymat. "Le bruit des avions est constant." Selon des locaux, le bilan des victimes civiles reste relativement faible, nombre de résidents ayant fui les combats et les autres se terrant dans les abris. Jusqu'à cet été, les forces gouvernementales syriennes s'étaient très largement abstenues de s'en prendre aux djihadistes, qui eux-mêmes concentraient leurs attaques contre les autres groupes rebelles. Les opposants syriens accusent Bachar al Assad d'avoir délibérément laissé l'EI prospérer pour répandre l'idée selon laquelle le soulèvement contre son régime serait principalement le fait d'islamistes soutenus par l'étranger, et non des Syriens eux-mêmes. Les islamistes ont attaqué ces dernières semaines plusieurs bases et avant-postes du gouvernement syrien dans la province de Rakka, tuant des dizaines de soldats, et l'armée a riposté en multipliant les raids aériens. Samedi et dimanche, l'aviation et l'artillerie des forces loyales à Bachar al Assad ont pilonné Rakka, faisant une trentaine de morts et des dizaines de blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). (Oliver Holmes, Tom Perry; Agathe Machecourt et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant