L'armée syrienne doit se focaliser sur les secteurs clés-Assad

le
0

(Actualisé avec citations, contexte) BEYROUTH, 26 juillet (Reuters) - Le président syrien Bachar al Assad a déclaré dimanche que l'armée syrienne avait été contrainte d'abandonner certains secteurs dans le but d'en conserver d'autres plus importants dans la guerre civile qui l'oppose aux insurgés. Il a mis en avant des effectifs militaires insuffisants compte tenu de l'ampleur de la guerre et a indiqué que les groupes qui cherchent à le renverser avaient reçu des aides accrues de la part des Etats qui les soutiennent, allusion à l'Arabie saoudite et à la Turquie. "Parfois, dans certaines circonstances, nous sommes forcés d'abandonner des secteurs pour déplacer ces forces vers les secteurs que nous voulons conserver", a déclaré Bachar al Assad dans un discours télévisé prononcé sur un ton offensif. Il a estimé qu'il n'y avait pas de solution de compromis envisageable dans cette guerre qui dure depuis plus de quatre ans. "Nous devons définir les régions importantes que les forces armées veulent conserver de sorte que cela n'entraîne pas la chute du reste des régions", a déclaré le président syrien. "L'armée est capable (...). Tout est disponible, mais il y a un déficit de ressources humaines". Bachar al Assad a dû essuyer une série de revers sur le champ de batailles depuis le mois de mars. Le régime a perdu la plus grande partie de la province d'Idlib, située dans le nord-ouest du pays, face à une alliance d'insurgés comprenant notamment le Front al Nosra, la branche d'Al Qaïda en Syrie. Il a aussi dû abandonner des secteurs importants vers la frontière sud, tombés aux mains des groupes du "Front du Sud". Quant à l'Etat islamique, qui contrôle des secteurs importants du pays, il s'est emparé au mois de mai de la ville emblématique de Palmyre . Samedi, Bachar al Assad a décrété une amnistie générale pour les déserteurs de l'armée qui se sont soustraits au service militaire obligatoire, qu'ils soient en Syrie ou à l'étranger, a annoncé la télévision syrienne. (Suleiman Al Khalidi, Tom Perry et Laila Bassam; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant