L'armée syrienne bombarde des quartiers rebelles d'Alep

le , mis à jour à 13:58
0

(Actualisé avec bilan) BEYROUTH, 3 juillet (Reuters) - Les troupes gouvernementales syriennes ont fortement pilonné, vendredi, des positions rebelles dans Alep et aux alentours de cette grande ville du nord du pays, au coeur d'une offensive des insurgés pour s'emparer des secteurs contrôlés par le régime, a rapporté l'OSDH. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les combats entre insurgés et soldats gouvernementaux se sont poursuivis aux premières heures de vendredi, et des frappes de l'armée de l'air étaient menées continuellement contre les positions tenues par les rebelles. De source militaire syrienne, on assurait que l'offensive des insurgés avait été repoussée et que de lourdes pertes avaient été infligées aux assaillants. L'offensive des islamistes est la plus intense depuis que les insurgés se sont emparés d'une bonne partie des secteurs est d'Alep en 2012, laissant une ville scindée en deux parties. Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdoulrahman, les forces rebelles ont conquis des bâtiments à Djamiat al Zahra, dans la banlieue nord-ouest de la ville, mais leur progression ne revêt pas une importance stratégique. Au moins 35 insurgés ont été tués dans ce secteur, dont une dizaine de Syriens et de nombreux autres originaires d'Asie centrale. La guerre civile syrienne attire des combattants étrangers venus de divers points du monde musulman, notamment des djihadistes d'Asie centrale. La ville d'Azaz, dans les campagnes au nord d'Alep, est elle aussi la cible de raids aériens, a-t-il dit. Située à une cinquantaine de kilomètres au sud de la frontière turque, Alep était la ville la plus peuplée de Syrie avant que le pays ne bascule dans la guerre civile. Perdre Alep restreindrait un peu plus l'emprise du régime de Bachar al Assad sur les régions de l'ouest du pays, près de la frontière avec le Liban, où l'armée syrienne cherche à conserver ses positions avec l'appui des miliciens chiites du Hezbollah libanais. Une alliance d'insurgés, qui englobe le Front al Nosra et les islamistes d'Ahrar al Cham, a annoncé avoir mis sur pied un commandement conjoint pour coordonner l'offensive visant à "libérer" Alep et à gouverner ensuite la ville sur la base de la charia (loi islamique). De source proche des services de sécurité turcs, on déclare que les autorités turques ont déployé des renforts de troupes et de matériel le long de la frontière avec la Syrie. Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a dit cependant qu'Ankara ne projetait pas, pour l'instant, d'incursion militaire en Syrie. (Tom Perry; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant