L'armée s'invite dans la crise politique turque

le
1
L'état-major réclame de nouveaux procès au gouvernement islamiste de Recep Erdogan, affaibli par les scandales financiers.

Un convive inattendu s'est invité dans la guerre qui fait rage au sommet de l'État turc depuis qu'un gigantesque scandale de corruption, révélé le 17 décembre, menace le régime du premier ministre, Recep Tayyip Erdogan: l'état-major. Il a déposé une plainte auprès du procureur en chef d'Ankara pour «complot» contre les militaires, dans le cadre des grands procès qui ont conduit ces dernières années à la condamnation de centaines d'officiers pour tentatives de renversement du gouvernement. Il réclame maintenant de nouveaux procès. Pour justifier sa requête, l'establishment militaire avance que «des officiers de police judiciaire, des procureurs et des juges impliqués dans ces affaires (...) ont ignoré les requêtes de la défense et manipulé des preuves», selon le quotidien Hürriyet.

Cette entrée en scène de l'armée, que le gouverne...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M566619 le samedi 4 jan 2014 à 22:19

    Il faudrait que l'armée ait plus de pouvoir et restaure une pleine laïcité digne de l'époque d'Atatürk