L'armée rate un tir d'essai de missile nucléaire au large du Finistère

le
3
L'armée rate un tir d'essai de missile nucléaire au large du Finistère
L'armée rate un tir d'essai de missile nucléaire au large du Finistère

Un missile balistique stratégique M51, sans charge nucléaire, lancé dimanche matin lors d'un tir d'essai, s'est «auto-détruit» peu après son décollage. Le missile a été lancé à partir du sous-marin nucléaire lanceur d'engin (SNLE) «Le Vigilant», depuis la baie d'Audierne (Finistère).

Le missile «s'est auto-détruit dans la première phase de propulsion, pour une raison inconnue, a détaillé le capitaine de corvette Lionel Delort, officier de communication de la préfecture maritime de l'Atlantique. «C'est un échec dont une enquête devra déterminer les raisons».

Le ministère de la Défense, qui ne donne aucune indication sur les raisons de la destruction de ce missile, souligne qu'il s'agissait d'un tir d'essai et que le missile a été détruit, au-dessus de l'océan, «dans une zone interdite pour la circonstance à la navigation maritime et à la circulation aérienne». Selon lui, il s'agit du «premier échec» du genre «depuis 1996».

Ce tir d'exercice était destiné à valider la capacité du SNLE le «Vigilant» à mettre en oeuvre le M51, déjà déployé sur le SNLE le «Terrible» depuis 2010, a expliqué un porte-parole du ministère de la Défense. Le missile M51, système d'arme des SNLE, avait été validé en juillet 2010, après un cinquième tir d'essai (deux depuis le sous-marin nucléaire «Le Terrible» en janvier puis juillet 2010, et trois depuis des installations terrestres en 2006, 2007 et 2008).

Il aurait dû retomber au milieu de l'Atlantique nord

Comme les précédents tirs d'essai, celui de dimanche l'a été à partir de la baie d'Audierne (Finistère), au sud de la pointe de Penmarc'h. La zone de retombée aurait dû se situer, si l'essai avait été réussi, au centre de l'Atlantique nord, à plusieurs centaines de kilomètres de toute côte. Après son auto-destruction en vol au large du Finistère, «il n'y a pas d'impact environnemental avéré sur ce tir ni d'impact sur la population...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le dimanche 5 mai 2013 à 18:32

    L'indépendance de la France en prend un coup! Quelle tristesse.

  • nayara10 le dimanche 5 mai 2013 à 15:22

    Peut-être trop d'ingénieurs d'origine Sud-Med....Ces nouveaux Français

  • a.guer le dimanche 5 mai 2013 à 13:34

    decidemment, on est partout en situation d'échec !