L'armée nigériane se retire du dernier bastion de Boko Haram

le
0

BAUCHI, Nigeria, 23 avril (Reuters) - L'armée nigériane s'est retirée de la forêt de Sambisa, dernier bastion connu de la secte islamiste Boko Haram dans le nord-est du pays, en raison de la présence de nombreuses mines qui ont causé la mort de trois miliciens pro-grouvernementaux, a-t-on appris de sources militaires. Les soldats nigérians avaient pénétré mercredi dans cette ancienne réserve de chasse, où les services de renseignement pensent que les islamistes pourraient détenir les 200 lycéennes enlevées il y a un an à Chibok, à une centaine de km de là, mais leur progression a été arrêtée par des engins explosifs. "Les soldats sont revenus à Bama à cause des mines. Ils étaient exposés en suivant la route donc ils se sont enfoncés dans la brousse mais ils y ont également trouvé des mines", a déclaré un militaire à Reuters. "Trois de nos hommes ont été tués par l'explosion d'une mine en progressant dans (la forêt de) Sambisa. Nous avons suspendu notre avancée", a confirmé Muhammad Mungonu, membre d'une milice pro-gouvernementale. De source militaire tchadienne, on indique qu'une opération militaire conjointe impliquant également les armées du Cameroun et du Niger devrait débuter la semaine prochaine avec pour but d'encercler la forêt. L'armée tchadienne fera mouvement à partir de la frontière camerounaise où elle a massé des troupes. (Ardo Abdallah; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant