L'armée irakienne reprend la mairie de Falloudja à l'EI

le , mis à jour à 17:21
0
 (Précisions, déclaration d'un dignitaire religieux chiite) 
    par Thaier al Soudani 
    FALLOUDJA, Irak, 17 juin (Reuters) - Les forces 
gouvernementales irakiennes ont atteint vendredi le centre de 
Falloudja et repris la mairie de la ville du pays contrôlée 
depuis le plus longtemps par le groupe Etat islamique (EI), 
rapporte la télévision d'Etat irakienne. 
    Dans un communiqué, l'armée irakienne précise que la police 
fédérale a hissé le drapeau irakien sur le bâtiment et qu'elle 
continue de pourchasser les combattants de l'EI retranchés dans 
d'autres quartiers de la ville. 
    Les forces gouvernementales, appuyées par de nombreuses 
frappes aériennes de la coalition conduite par les Etats-Unis, 
ont lancé il y a quatre semaines une offensive contre Falloudja, 
agglomération située à une heure de route à l'ouest de la 
capitale Bagdad. 
    Les djihadistes contrôlent toujours plusieurs quartiers de 
la ville et ont miné de nombreuses routes et bâtiments, 
ralentissant la progression des forces de sécurité. 
    Les unité lourdement armées de la police fédérale avancent 
le long de la rue de Bagdad , principale artère traversant la 
ville d'est en ouest tandis que les unités antiterroristes ont 
encerclé l'hôpital local, précise le communiqué. 
    Sabah al Noumani, porte-parole des services antiterroristes, 
a déclaré à la télévision d'Etat que des tireurs embusqués sont 
retranchés dans l'hôpital de Falloudja mais que le bâtiment 
serait repris dans les heures à venir. 
    L'offensive implique l'armée irakienne, les forces de 
police, des milices chiites et des combattants de tribus 
sunnites. 
     
    SISTANI NE VEUT PAS DE "VENGEANCE" 
    L'opération a débuté le 23 mai contre ce bastion historique 
de l'insurrection sunnite qui s'était d'abord opposé aux forces 
américaines intervenues en 2003 pour renverser Saddam Hussein, 
puis au gouvernement chiite de Bagdad. 
    La ville de Falloudja est utilisée par l'EI comme une 
plateforme logistique pour les attentats à la bombe commis à 
Bagdad. Sa reprise par les forces gouvernementales permettrait 
d'améliorer la sécurité dans la capitale. 
    Dans son prêche de vendredi, le grand ayatollah Ali al 
Sistani a demandé aux forces gouvernementales de ne pas céder à 
la tentation de la vengeance contre les habitants de la ville. 
Rien ne permettait de dire dans l'immédiat que les milices 
chiites, redoutées par les habitants de Falloudja, étaient 
entrées dans la ville. 
    L'EI a commencé à autoriser des milliers d'habitants à 
quitter la ville, si bien que les camps d'accueil situés aux 
abords de Falloudja sont débordés. Au cours de la seule journée 
de jeudi, plus de 6.000 familles ont fui la ville, selon le 
maire de Falloudja, qui l'a quittée en janvier 2014 lors de sa 
chute. 
    Selon des témoins, l'EI a annoncé par hauts-parleurs que les 
habitants étaient autorisés à fuir, sans que l'on puisse dire 
dans l'immédiat ce qui avait motivé ce changement de stratégie 
de la part du groupe djihadiste, qui empêchait jusqu'alors les 
civils de fuir. 
 
 (Avec Saïf Hameed et Stephen Kalin à Bagdad; Pierre Sérisier et 
Nicolas Delame pour le service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant