L'armée irakienne poursuit sa progression à Mossoul-Ouest

le
0
 (Actualisé avec précisions sur les combats, frappe en Syrie, 
CICR) 
    par Stephen Kalin et Isabel Coles 
    AU SUD DE MOSSOUL, Irak, 24 février (Reuters) - Les forces 
de sécurité irakiennes ont continué à avancer dans les faubourgs 
de Mossoul-Ouest vendredi, au lendemain de la prise de 
l'aéroport de la ville, mais leur progression devrait 
prochainement ralentir dans les quartiers plus densément peuplés 
où les combattants de l'Etat islamique (EI) sont retranchés. 
    Les forces d'élite du Service de contre-terrorisme (CTS) ont 
pris vendredi le contrôle total de la base militaire Ghozlani et 
progressaient rapidement dans les quartiers de Tal al Roumman et 
Al Mamoun, situés dans le sud-ouest de la ville. 
    Dans le même temps, la police fédérale et les forces du 
ministère de l'Intérieur avançaient dans deux autres quartiers 
situés au nord de l'aéroport, après avoir réussi à franchir une 
tranchée creusée par les djihadistes. 
    Les forces gouvernementales ont aussi mené des raids aériens 
contre des positions de l'EI dans deux villes syriennes proches 
de la frontière irakienne, Hossaïba et Albou Kamal.   
    C'est la première fois que Bagdad évoque publiquement des 
opérations en Syrie. Selon l'armée, les bombardements visaient 
notamment un atelier d'assemblage de voitures piégées. 
    Les véhicules piégés sont une des méthodes de combat 
privilégiées des djihadistes, qui en ont utilisé plusieurs 
vendredi pour ralentir la progression des forces irakiennes à 
Mossoul, de même que des drones chargés d'explosifs.  
    "Il y a de la résistance, les drones nous ennuient beaucoup 
aujourd'hui", a expliqué le général Sami al Aridi, un commandant 
des unités d'élite du CTS. 
    Des équipes de déminage ont entrepris de nettoyer l'aéroport 
des engins explosifs laissés par les hommes de Daech, qui 
s'étaient emparés de la grande ville du nord de l'Irak lors de 
leur offensive éclair en juin 2014. 
     
    LES CIVILS TRÈS EXPOSÉS 
    Des hommes de la police fédérale et d'une unité d'élite du 
ministère de l'Intérieur appelée "Réaction rapide" ont mené 
l'assaut contre les bâtiments aéroportuaires. 
    Les forces irakiennes s'étaient employées depuis mardi à 
assurer leurs positions dans un village situé sur une colline  
dominant l'aéroport international et la base de Ghozlani. 
    L'offensive pour reprendre Mossoul a été lancée avec l'aide 
d'une coalition sous commandement américain le 17 octobre. Les 
forces irakiennes ont achevé le mois dernier la reconquête de la 
partie orientale de la ville, sur la rive gauche du Tigre. 
    On estime à 750.000 le nombre d'habitants encore présents à 
Mossoul-Ouest, où ils souffrent déjà de pénuries de vivres et de 
carburant. 
    Pour le Comité international de la Croix-Rouge, la bataille 
va entrer dans sa phase critique dès que les forces irakiennes 
atteindront les quartiers de la vieille ville dont les ruelles 
sont trop étroites pour que les chars et véhicules blindés 
puissent les emprunter. 
    Ces quartiers sont aussi les plus densément peuplés et les 
Nations unies ont prévenu que 400.000 civils pourraient être 
déplacés par les combats. 
    "Il y a un vrai risque que la bataille fasse rage pendant 
des semaines et peut-être même des mois", a rappelé le directeur 
du CICR en Irak, Jason Kajer. 
 
 (Gilles Trequesser et Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant