L'armée irakienne pénètre dans Qaraqosh, près de Mossoul

le , mis à jour à 10:30
0
 (Actualisé avec progression dans Qaraqosh) 
    KAYYARA, Irak, 22 octobre (Reuters) - L'armée irakienne a 
pénétré samedi à l'intérieur d'une ville chrétienne, Qaraqosh, 
qui était sous le contrôle du groupe Etat islamique depuis 2014, 
dans le cadre des opérations en cours pour dégager les abords de 
Mossoul, grand bastion urbain de l'EI dans le nord de l'Irak. 
    A Bagdad, dans le même temps, le secrétaire américain à la 
Défense, Ashton Carter, est arrivé pour une visite inopinée au 
cours de laquelle il doit être reçu par le Premier ministre 
Haïdar al Abadi, lequel devrait l'informer de l'évolution de 
l'opération de reconquête de Mossoul, en cours depuis lundi. 
    Des unités de l'armée ont atteint le centre de Qaraqosh, 
ville à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Mossoul, et 
menaient une opération de nettoyage à travers la ville, qui a 
été vidée de sa population en 2014, lorsque les djihadistes ont 
mené une offensive-éclair dans le nord et l'ouest de l'Irak. 
    Avant de s'attaquer à Qaraqosh, des unités spéciales de 
l'armée irakienne avaient reconquis cette semaine Bartella, une 
localité chrétienne au nord de la ville. 
    L'armée s'efforce de progresser vers Mossoul à partir du 
sud, tandis que les combattants kurdes (peshmergas) tiennent les 
fronts à l'est et au nord de la métropole. 
    Selon le service de presse de l'armée irakienne, une 
cinquantaine de villages ont été repris à l'EI depuis le 
déclenchement de l'offensive. Cinq à six mille djihadistes sont 
retranchés dans Mossoul, selon les estimations militaires 
irakiennes. 
    Un photographe de Reuters présent sur le front sud a vu 
vendredi des colonnes de fumée qui s'élevaient d'une usine de 
soufre sous le contrôle de l'EI, dispersant des gaz toxiques 
dans l'atmosphère. On ignore si ce sont les djihadistes qui 
l'ont incendiée pour couvrir leur retraite ou si elle a été 
endommagée au cours des combats. 
    A Kirkouk, les autorités ont étendu à une deuxième journée 
le couvre-feu décrété après l'attaque de postes de police et 
d'autres sites par l'EI dans cette ville sous le contrôle des 
peshmergas. 
    Haïdar al Abadi a ordonné vendredi soir à une brigade de 
l'armée de faire marche sur Kirkouk pour aider les peshmergas à 
venir à bout des djihadistes toujours retranchés dans certains 
bâtiments. 
    Les combattants kurdes ont pris le contrôle de Kirkouk en 
2014, après le retrait de l'armée irakienne de la région, face à 
l'avancée-éclair de l'EI dans le nord et l'ouest de l'Irak. 
    Depuis vendredi, 35 personnes ont été tuées dans les 
affrontements à Kirkouk, dont quatre ingénieurs iraniens qui 
effectuaient des travaux de maintenance dans une centrale 
électrique située au nord de la ville, selon une source 
médicale. Ce bilan n'englobe pas les djihadistes qui ont été 
tués ou se sont fait exploser durant ces affrontements. 
 
 (Maher Chmaytelli; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant