L'armée irakienne et les peshmergas avancent vers Mossoul

le
0
 (Actualisé avec détails et nouvelles citations, Abadi, 
Hollande) 
    par Stephen Kalin et Babak Dehghanpisheh 
    A L'EST DE MOSSOUL, Irak, 20 octobre (Reuters) - Une unité 
d'élite de l'armée irakienne et des miliciens kurdes faisaient 
mouvement jeudi en direction de villages autour de Mossoul tenus 
par les djihadistes de l'Etat islamique (EI), avec l'appui de la 
coalition internationale sous commandement américain.  
    Des salves de lance-roquettes multiples et de mortiers 
visent depuis 06h00 du matin (03h00 GMT) des positions situées à 
une vingtaine de kilomètres de la dernière grande ville encore 
aux mains de l'EI en Irak, rapportent des journalistes de 
Reuters sur place.  
    Forces gouvernementales et peshmergas kurdes, dont 
l'offensive a débuté lundi, progressent de façon continue en 
direction de Mossoul, tombée en juin 2014 aux mains des 
djihadistes.  
    Mais l'assaut proprement dit n'a pas encore débuté. Il 
pourrait donner lieu à une bataille sans précédent depuis 
l'invasion américaine de 2003.  
    "Les objectifs sont de nettoyer un certain nombre de 
villages des alentours et de prendre des zones stratégiques pour 
réduire un peu plus la marge de manoeuvre de l'EIIL", dit le 
commandement des forces kurdes dans un communiqué diffusé jeudi. 
    Plusieurs dizaines de véhicules Humvee noirs du Service 
antiterroriste de l'armée irakienne ont pris la direction de 
Bartella, principal enjeu du front est.  
    Les djihadistes ont tenté de les repousser à coups de 
voitures piégées, de bombes artisanales et de tirs de mortier, 
selon un porte-parole de l'unité.  
    Bartella, village chrétien dont la population a fui à 
l'arrivée de l'EI, "est la porte orientale de Mossoul", a-t-il 
expliqué, ajoutant qu'il s'agissait de la première mission du 
Service antiterroriste dans le cadre de la reconquête de la 
métropole du Nord qui compterait 1,5 million d'habitants.  
    L'unité a supervisé la plupart des offensives menées cette 
année en Irak contre l'EI, qui ont notamment permis de reprendre 
Falloudja et Ramadi, dans la province d'Anbar (ouest).    
     
    "NOUS DEVONS ÊTRE EXEMPLAIRES" 
    Des colonnes de fumée noire s'élèvent des villages sur la 
ligne de front. Les djihadistes ont pour tactique de brûler du 
pétrole afin de masquer leurs positions.  
    Sur le front nord, les peshmergas ont abattu un drone qui 
avait décollé de Naouarane, village situé à quelques kilomètres 
de leur position. On ignore si l'engin, d'une envergure d'un à 
deux mètres, était armé ou s'il s'agissait d'un vol de 
reconnaissance.  
    "Ils larguent parfois des explosifs", a dit l'un des 
combattants kurdes, tandis qu'un officier écoutait les 
communications radio des djihadistes. "Ils indiquent les cibles 
pour leurs mortiers", a-t-il expliqué.  
    Le Premier ministre irakien s'est félicité de la progression 
de l'armée et de ses alliés. "Les forces progressent plus 
rapidement vers Mossoul que ce que nous avions escompté et 
programmé", a dit Haïdar al Abadi, en visioconférence, lors 
d'une réunion internationale organisée à Paris. 
    François Hollande, qui a ouvert la conférence devant une 
vingtaine de représentants de pays occidentaux et arabes, a 
appelé à tout mettre en oeuvre pour éviter que la reprise de 
Mossoul ne conduise au renforcement de Rakka, "capitale" du 
califat proclamé par l'EI en Syrie et en Irak. 
    "Nous devons être exemplaires sur le plan de la poursuite 
des terroristes qui déjà quittent Mossoul pour rejoindre Rakka", 
a dit le chef de l'Etat français. 
    "Nous ne pouvons pas admettre qu'il puisse y avoir 
simplement comme réussite une évaporation de ceux qui étaient à 
Mossoul vers d'autres lieux où ils pourraient là encore mener 
des actions", a-t-il ajouté. 
 
 (Avec Marine Pennetier à Paris, Jean-Philippe Lefief pour le 
service français, édité par Gilles Trequesser) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant