L'armée irakienne déloge l'EI d'Al Alam, près de Tikrit

le
0

par Thaier al Sudani BAGDAD, 10 mars (Reuters) - L'armée irakienne et les miliciens chiites qui l'appuient ont chassé mardi les combattants de l'Etat islamique d'Al Alam, un faubourg nord de Tikrit, ville qui reste le principal objectif de leur offensive lancée il y a huit jours. Un photographe de Reuters a vu des dizaines de familles ayant fui Al Alam revenir dans la ville en célébrant l'arrivée des troupes gouvernementales. "Je vous parle en ce moment d'Al Alam et j'annonce officiellement que la ville est sous le contrôle total des forces de sécurité, des unités Hachid Chaabi (Mobilisation populaire, milices chiites) et des combattants tribaux", a dit à Reuters le maire de la ville Laith al Djoubouri. "Nous nous réjouissons de cette victoire et nous voulons qu'Al Alam soit un tremplin pour la libération de Tikrit et Mossoul." Après la prise d'Al Dour, au sud de Tikrit, la semaine dernière, Al Alam était le dernier verrou avant un assaut contre la ville de l'ancien dictateur Saddam Hussein, aux mains de l'EI depuis l'été dernier. Cet assaut pourrait désormais être lancé dès mercredi, prédisent des membres des services de sécurité, même si depuis le lancement de leur offensive sur Tikrit le 2 mars, l'armée irakienne et ses forces supplétives progressent lentement face aux tireurs embusqués et aux bombes dissimulées par l'EI. Des observateurs redoutent des représailles contre les civils de la part des miliciens chiites dans cette région à majorité sunnite, pour venger les meurtres commis par l'EI, et notamment la mort de 1.700 recrues chiites lors de l'attaque de la base de Camp Speicher, proche de Tikrit, en juin 2014. Selon des responsables locaux, des maisons ont été incendiées par des miliciens à Albou Ajil, un village proche d'Al Alam. Aucun acte de représailles n'a été observé à Al Alam. La prise de Tikrit, ville à majorité sunnite, par les forces gouvernementales ouvrirait la voie à une offensive contre Mossoul, la plus grande ville du nord de l'Irak contrôlée par les djihadistes depuis juin 2014. Mais l'EI apparaît déterminé à défendre Tikrit jusqu'au bout et y a acheminé des renforts des provinces situées plus au nord, où il s'est du coup exposé à une offensive lancée lundi par les forces kurdes pour éloigner les djihadistes de la ville de Kirkouk, à 120 km environ au nord-est. Un commandant kurde, le général Omar Hassan, a déclaré que les peshmergas avaient pris mardi un village proche de la ville pétrolière avant d'arrêter leur progression, qui devrait reprendre dans les prochains jours. Dans son communiqué quotidien, l'état-major américain déclare que quatre frappes aériennes ont été menées mardi dans cette région de Kirkouk, détruisant des postes de combat, des bâtiments et des véhicules de l'EI. Douze raids aériens ont au total été menés en Irak et près de Kobani en Syrie par la coalition conduite par les Etats-Unis au cours des dernières 24 heures. (Ahmed Rasheed à Bagdad, Isabel Coles à Erbil; Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant